Comment mieux prendre en charge l’arrêt naturel d’une grossesse ?

Un collectif veut en finir avec le silence autour de l’arrêt naturel d’une grossesse, plus communément appelé « fausse couche ». L’occasion de revenir sur huit de leurs propositions pour une meilleure prise en charge.

Podcast

L’arrêt naturel de grossesse : huit mesures concrètes

1 - L’arrêt naturel de grossesse : huit mesures concrètes

03:03

Chaque année, 200 000 Françaises traversent cette épreuve. Pour le collectif Fausse couche, vrai vécu, qui a oublié une tribune dans “Le Monde”, le 27 mars, il est temps de prendre des mesures à commencer par le changement de l’expression “fausse couche” au profit “d’arrêt naturel d’une grossesse”, car selon les mots du collectif : “Nous ne faisons pas de fausses couches, nous les subissons dans notre corps”.

Huit mesures concrètes ont ainsi été développées par le collectif :

  • Une campagne nationale d’information multimédia sur les arrêts naturels de grossesse.
  • Un arrêt de travail 100 % rémunéré d’au moins trois jours pour les femmes ayant traversé un arrêt naturel de grossesse et leur conjoint.e.
  • L’augmentation du budget consacré aux hôpitaux pour permettre une meilleure prise en charge des arrêts naturels de grossesse, première cause de consultation aux urgences gynécologiques.
  • Des formations adaptées, pour les sages-femmes et gynécologues obstétricien, avec la participation de patientes-expertes
  • La mise en place, dès le collège, d’un programme éducatif en SVT, lors des cours d’éducation à la sexualité, à travers un enseignement sur les arrêts naturels de grossesse, leurs causes biologiques et leurs manifestations concrètes et corporelles.
  • Un livret explicatif, d’accompagnement et d’information sur les arrêts naturels de grossesse dans toutes les maternités, PMI (protection maternelle et infantile) et cabinets de généralistes, sages-femmes et gynécologues, à destination des femmes, de leur conjoint.e et de leurs proches.
  • Un suivi psychologique remboursé pour les femmes qui vivent un arrêt naturel de grossesse et leur conjoint.e afin de les aider à traverser cette épreuve et envisager sereinement une éventuelle future grossesse.
  • La création d’un numéro vert dédié aux femmes et à leur conjoint.e lors d’arrêts naturels de grossesse, sous la forme d’une plateforme d’écoute qui informe et oriente vers des dispositifs d’accompagnement et de prise en charge.

Cette tribune fera, peut-être, réagir les politiques. Une proposition de loi dans ce sens va prochainement être étudier par l’Assemblée nationale.

Cette prise de parole montre avant tout que la parole se libère sur ce sujet et que les mentalités bougent. La tribune a été signée par une centaine de personnalités, une pétition est disponible en ligne pour soutenir le collectif, celle-ci a déjà recueilli près de 4 000 signatures.