Maïté Barsacq : chroniques d’une voyageuse qui a parcouru le monde

Maïté à commencé à voyager à 50 ans. Un besoin de liberté qu’elle a pourtant depuis toute petite.

Podcast

Rencontre avec Maïté Barsacq, l’aventurière bordelaise

1 - Rencontre avec Maïté Barsacq, l’aventurière bordelaise

02:17

Maïté Barsacq : un saut en parachute à plus de 80 ans

2 - Maïté Barsacq : un saut en parachute à plus de 80 ans

04:03

Maïté Barsacq : chroniques d’une voyageuse

3 - Maïté Barsacq : chroniques d’une voyageuse

07:55

« Si j’avais été un garçon, j’aurais été marin. » Maïté Barsacq est née en 1938. Depuis toute petite, elle rêve de partir à l’aventure. La première fut sa vie de famille avec ses trois enfants puis « le jour où j’ai pu partir, je suis partie ! » l’entend-on dire.

C’est à 50 ans, aux premiers jours de sa retraite, qu’elle fait ses valises pour découvrir le monde, destination la Guadeloupe. Un besoin de liberté qu’elle a assouvi ensuite pendant 17 ans en voyageant seule.

La Guadeloupe, son pays de cœur

À l’écouter, l’un des plus beaux villages de la Guadeloupe serait sans hésiter Trois Rivières, côté Basse-Terre, où les plages sont couvertes de sable noir.

Cette île est la première sur laquelle elle aura posé les valises pour suivre un homme rencontré en discothèque. Elle y restera deux ans et demi avant de partir vers d’autres destinations comme l’Asie, l’Inde ou l’Afrique. Elle reviendra en Guadeloupe régulièrement.

Le saut en parachute à plus de 80 ans

C’est à l’occasion de l’opération Rêves de Séniors que Maïté Barsac à pu sauter d’un avion à 4 000 m². Un saut en parachute en binôme avec le champion du monde de chute libre.

« Je n’ai pas eu peur du tout ! » assure-t-elle.  Une expérience qu’elle décrit comme merveilleuse, qui n’aura pas étonné sa famille, Maïté adore l’aventure !