Los Angeles : Bill Asher, le luthier qui équipe les plus grands guitaristes

Dans son atelier, au sous-sol de sa maison, il a confectionné les guitares électriques de Jackson Brown et Ben Harper. Immersion dans ce haut lieu américain de la musique.

Podcast

Musique : qu’est-ce qui fait une bonne guitare ?

1 - Musique : qu’est-ce qui fait une bonne guitare ?

02:04

Immersion chez Bill Asher, le luthier ami des guitaristes

2 - Immersion chez Bill Asher, le luthier ami des guitaristes

04:13

Asher Guitars : les secrets de fabrication de ces guitares électriques

3 - Asher Guitars : les secrets de fabrication de ces guitares électriques

03:56

Une jolie maison dans un quartier résidentiel de Los Angeles. Une piscine. Un jardin soigné. Rien ne laisse penser qu’au sous-sol se trouve un vaste atelier artisanal de fabrication de guitares électriques.

A N N O N C E

Cette maison, c’est celle de Billy Asher, de son vrai nom William Allen Asher. Avant d’être l’un des plus grands luthiers (fabricant de guitares) de Californie, il est le fils du producteur et scénariste William Asher et de la comédienne Elizabeth Montgomery, star de la série “Ma sorcière bien-aimée”.

Une passion depuis l’enfance

« Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours aimé la musique », raconte Bill. Âgé d’une cinquantaine d’années, il se rappelle avoir conclu très vite que l’académique n’était pas fait pour lui : « En classe de terminale, j’ai pris un cours avec un ébéniste. Un jour, je suis arrivé en classe avec un modèle vintage d’une guitare Fender et j’ai dit que moi aussi je voulais bâtir la mienne. »

Olivier Montégut / AirZen Radio

Il obtient alors un apprentissage dans un magasin de musique reconnu à Los Angeles. Cinq ans plus tard, diplôme et expérience en poche, il se lance en solo. Mais pas question pour lui d’intégrer une grande maison, Bill Asher veut faire ça en famille et à la main.

Dans son atelier, ses frères Robert et Boe s’activent au ponçage. Sa femme Jessica s’occupe de programmer la CNC, la machine à commande numérique qui vient découper les patrons.

Depuis le lancement d’Asher Guitars, Bill a produit à peine plus de 1300 modèles. Cela peut paraître peu, mais c’est énorme quand on sait que ses guitares concurrencent des grosses marques comme Fender ou Yamaha.

La « lap steel guitar », un modèle unique

Olivier Montégut / AirZen Radio

Billy Asher s’est surtout fait connaître pour ses modèles de guitares hawaïennes électriques, mais aussi ses lap steel guitars. Ces instruments à six cordes se jouent sur les genoux et non parallèles au corps, comme on a l’habitude de le voir.

Sa guitare la plus emblématique ? « Sans doute celle que j’ai fabriquée pour Ben Harper, à la fin des années 90. C’était ma toute première commande pour un musicien d’une telle envergure », raconte l’artisan qui a aussi travaillé pour Jackson Brown ou Eric Zapata.

Pour lui, le travail du bois a tout d’un art. Ses guitares sont faites à base d’acajou africain, de frêne et d’érable. Elles sont laquées et lustrées pour leur donner un style unique et intégralement assemblées à la main. « Quand je conçois l’instrument, j’entre dans une zone de confort où je sens la matière. C’est un métier manuel, mais cela demande énormément d’intuition et cela procure aussi beaucoup de sensations », détaille-t-il.

Son atelier sert aussi de service après-vente. De nombreux musiciens du monde entier lui envoient leurs instruments en réparation. « Concevoir une guitare, l’améliorer, c’est une vraie discussion avec l’artiste. Nous, on construit et on croise ensuite les doigts, en espérant que l’instrument leur donne satisfaction », conclut-il.