Héritage émotionnel : se libérer des maux de nos aînés pour aller mieux

Différentes blessures et émotions sont transmises de génération en génération. Quand elles créent des blocages, il est possible de s’en décharger.

Podcast

Héritage émotionnel :  se libérer des maux de nos aînés pour aller mieux

1 - Héritage émotionnel : se libérer des maux de nos aînés pour aller mieux

02:58

Héritage émotionnel : des clés pour savoir si on a hérité des émotions des aînés

2 - Héritage émotionnel : des clés pour savoir si on a hérité des émotions des aînés

04:41

Elisa Erin, hypnothérapeute et énergéticienne, explique l’héritage émotionnel

3 - Elisa Erin, hypnothérapeute et énergéticienne, explique l’héritage émotionnel

08:13

Au 6e étage d’un immeuble parisien, Elisa Erin, hypnothérapeute et énergéticienne, accueille ses patients dans une chambre de bonne transformée en cabinet à l’ambiance cocooning.

Elle leur vient en aide en cas de difficultés personnelles, de blocages dans leur vie. Depuis une dizaine d’années, elle se passionne pour l’héritage émotionnel. D’ailleurs, les consultations tournent essentiellement autour des problématiques qui y sont liées.

« On hérite de plein de choses »

Mais de quoi parle-t-on lorsqu’on aborde l’héritage émotionnel ? « Souvent, on parle de caractéristiques physiques et de caractères qui sont transmis de génération en génération, mais c’est bien plus que ça. On hérite de tout ce qui est psychologique et émotionnel, précise Elisa Erin. On hérite de plein de choses, d’émotions positives comme la joie, la sérénité, la confiance ; et négatives comme la peur, la tristesse, la colère. Les blessures, l’humiliation, l’abandon, le rejet… sont transmis. Il faut préciser que cette charge émotionnelle n’est pas transmise de la même façon dans une fratrie, et celui qui en souffre le plus sera plus à même de s’en décharger. Aussi, cet héritage émotionnel se transmet au niveau de l’inconscient et au niveau de l’ADN. »

Un travail sur soi

Comment sait-on si on a hérité des charges émotionnelles de nos aînés ? :  « C’est très simple. Si on remarque qu’on a un domaine de vie dans lequel on n’arrive pas à avancer ou alors dans lequel on a des schémas répétitifs qui nous rendent malheureux, des échecs répétitifs au travail. On peut se poser des questions. Dans ces cas-là, interroger sa famille pour voir si un membre est ou a été touché par notre problématique, et pas forcément dans le même domaine. Il y a cet exemple où une personne a voulu monter une société et qui a été trahie par son associé. Cela peut aussi se retranscrire dans les générations futures par le fait que certaines personnes ne vont pas avoir confiance de manière générale, notamment en amitié. »

Pour remédier à cette situation, il faut passer par un travail sur soi. L’hypnothérapeute va notamment pratiquer l’hypnose participative et interroger les mémoires pour remonter aux origines. Cela sera bénéfique pour que le patient se sente mieux, se libère des fardeaux et évite de les transmettre à ses enfants.