Kool Mag : le nouveau média en ligne dédié à tous les pères

C’est une petite révolution : un nouveau média 100% digital dédié aux hommes, aux pères et aux papas en devenir est né. Découverte.

Podcast

C’est quoi « Kool Mag » ?

1 - C’est quoi « Kool Mag » ?

02:11

« Assumes ton côté daron, parce que les pères sont aussi des hommes »

2 - « Assumes ton côté daron, parce que les pères sont aussi des hommes »

03:56

Comment est né le projet « Kool Mag »

3 - Comment est né le projet « Kool Mag »

07:57

« Pourquoi on a lancé « Kool Mag » ? Parce qu’il n’y avait absolument rien comme magazine et comme presse qui s’adressait aux hommes et aux pères », explique Baptiste Des Monstiers, cofondateur de « Kool Mag ».

« Les hommes, auparavant, on leur parlait uniquement de voitures, de montres et de fringues. Et on ne leur parlait jamais de leurs problématiques du quotidien, de comment gérer leur couple, de comment ça fonctionne les réseaux sociaux quand on est un père dépassé… Enfin, voilà, on ne parlait pas de ces questions et de ces problématiques du quotidien. On ne parlait pas d’éducation, on ne parlait pas de parentalité. Donc on s’est dit qu’il fallait absolument un média dans lequel les pères pouvaient trouver des solutions à leurs petits problèmes ou leurs petites histoires du quotidien. »

Alors, sur « Kool Mag », on parle de tout : de sexualité et de couple, mais aussi de cuisine, d’éducation, de sorties. « On traite de sujets légers, de sujets fun », explique Baptiste Des Monstiers.

Le média parle « de tout ce qui touche à l’homme en 2022. Et l’homme en 2022, il est très, très différent de celui qu’il était en 2010 (…) L’homme d’aujourd’hui, il a autre chose comme centre d’intérêt dans sa vie que le football et les voitures. Il a des enfants, il ne sait pas forcément comment parler de politique avec eux, comment parler de la guerre en Ukraine non plus, il a des problèmes de couple… En fait, toute la presse féminine a toujours été assez intelligente sur ce point. Souvent, dans cette presse, on parle aux femmes dans leur ensemble, qu’elles soient mère ou femme. Et nous, on nous parlait que sous l’angle des hommes et pas sous l’angle des pères. »