Manger bio : beaucoup d’engouement et quelques freins

Le marché de l’agriculture biologique est en nette progression depuis le début des années 2000. Mais il accuse le coup depuis le début d’année. On vous explique pourquoi.

Aller plus loin

Titre
Durée
D’où vient l’engouement pour la bio ?

1 - D’où vient l’engouement pour la bio ?

02:17

Agriculture bio : les raisons d’une croissance ralentie

2 - Agriculture bio : les raisons d’une croissance ralentie

04:48

Des doutes à lever sur les produits bio

3 - Des doutes à lever sur les produits bio

04:13

Un sentiment est de plus en partagé : qu’importe ce que les familles, les personnes gagnent, tout le monde souhaite avoir plus de bio dans son assiette. C’est un motif de satisfaction. Mais qu’est-ce qui nous motive à acheter autant de produits biologiques ?

« L’alimentation est un point capital pour chaque être vivant. Quand on est mère ou père de famille, on a une volonté d’assurer le meilleur pour sa famille et, dans l’alimentation, ça passe par l’agriculture bio », explique Sylvie Dulong, présidente de la Fédération régionale de l’agriculture biologique en Nouvelle-Aquitaine.

Car, elle rappelle que l’agriculture biologique va agir sur deux leviers essentiels pour les familles : la santé et l’environnement pour construire un monde vivable.

Ralentissement de la croissance

Pour autant, une baisse dans les ventes des produits biologiques a lieu depuis le début de l’année. Cela est dû à « un contexte inflationniste », analyse Sylvie Dulong, prenant l’exemple de certains produits qui, dans la grande distribution, peuvent être 50% plus cher. C’est aussi dû à la forte progression de leurs achats lors du confinement.

Sylvie Dulong relativise cette baisse et ne parle que d’un « ralentissement de la croissance » qui n’est que « conjoncturel ». Elle reste confiante sur l’intérêt que les consommateurs vont porter à l’agriculture biologique et encourage surtout de s’orienter « vers une agriculture biologique et locale car elle protège la santé, l’environnement et valorise les filières locales. »