Alimentation : manger bio et savoir faire le tri dans les labels

Les labels se voulant respectueux de l’environnement ou éthiques n’ont cessé de se multiplier. On fait le tri des produits « bio ».

Aller plus loin

Titre
Durée
« Le label Demeter est devenu un incontournable »

1 - « Le label Demeter est devenu un incontournable »

02:14

Le label AB est la certitude « qu’il n’y a aucun pesticide de synthèse »

2 - Le label AB est la certitude « qu’il n’y a aucun pesticide de synthèse »

04:00

« On veut qu’agriculteurs et riverains se parlent »

3 - « On veut qu’agriculteurs et riverains se parlent »

04:27

« Un produit de l’alimentation biologique, c’est d’abord une norme européenne », rappelle Sylvie Nony. Cofondatrice en 2016 de l’association Alerte Pesticides Haute Gironde, elle épluche les cahiers des charges des labels qui jurent être bons pour la planète ou la santé.

Beaucoup, pour elle, ne font pas leur preuve. Agriculture raisonnée, label « sans résidus de pesticides » ou « haute valeur environnementale » continuent d’utiliser les intrants chimiques et produits phytosanitaires néfastes pour la biodiversité et la santé des agriculteurs, riverains et consommateurs.

Des labels plus poussés

Le plus simple pour s’y retrouver ? Faire confiance à la mention « AB » écrite en blanc sur fond vert et accolée à l' »eurofeuille ». Ces labels, respectivement français et européens, garantissent la non-utilisation de produits chimiques de synthèse, l’interdiction des OGM, la lutte biologique contre les maladies des plantes ou encore la limitation des additifs dans les aliments transformés.

Plus poussés, les produits arborant les labels Bio Cohérence, Déméter, Nature & Progrès peuvent aussi être achetés les yeux fermés.