Var : une asso d’aide à la parentalité pour un schéma familial positif

L’AFL Transition propose des ateliers à Toulon, Le Beaucaire ou encore Brignoles pour recréer des schémas familiaux bienveillants. Objectif : réduire les violences.

Podcast

Maison François Giroud : l’accueil des femmes victimes de violences

1 - Maison François Giroud : l’accueil des femmes victimes de violences

02:11

AFL Transition : l’asso pour aider à une éducation bienveillante

2 - AFL Transition : l’asso pour aider à une éducation bienveillante

04:08

Var : Pause parents, les ateliers d’aide à la parentalité

3 - Var : Pause parents, les ateliers d’aide à la parentalité

04:09

« Nous recherchons chez les parents tout ce qu’il y a de plus lumineux pour assainir leur relation avec leurs enfants », résume Nathalie Rocailleux, directrice générale des services de l’AFL Transition.

Cette association, basée dans le Var, a de multiples missions que l’on pourrait résumer en une phrase : transformer la société par le prisme de la famille et de la relation parents-enfants.

Des ateliers parents-enfants

« Notre association est implantée dans les zones rurales et urbaines, où les cultures sont riches mais peu enclines à traiter les problèmes avec l’aide d’un psychologue », explique Nathalie. Raison pour laquelle est proposé aux parents de participer à des « repas culturels ».

Ils partagent ainsi avec leurs enfants un moment privilégié et sont accompagnés d’un psychologue et d’une infirmière puéricultrice. « Le moment du repas peut cristalliser des tensions entre parents et enfants et faire ressortir des traumatismes jamais traités, comme les disputes ou la privation de nourriture, par exemple », explique la directrice de l’AFL Transition. L’idée est donc d’exorciser tout cela et de recréer des échanges bienveillants.

Ces ateliers, baptisés « Pause Parents » et proposés dans plusieurs établissements du département, vont même plus loin : « Nous proposons aussi des baby massages, des accompagnements à la périnatalité pour l’allaitement ou le sevrage, par exemple », ajoute Nathalie.

Un accueil pour les victimes de violences

Mais alors, pourquoi agir au niveau de l’éducation ? « Nous sommes persuadés qu’en accompagnant les familles dans le besoin vers des schémas bienveillants, apaisés, en assurant un lien fort et d’attachement entre les parents et les enfants, nous contribuerons à changer la société par le positif », assure la directrice.

L’AFL Transition agit donc principalement en amont, mais pas que. Elle organise aussi l’accueil de femmes et d’enfants victimes de violences intrafamiliales. Notamment avec le lancement d’une maison Françoise Giroud, à La Seyne-sur-Mer, du nom de cette journaliste et écrivaine engagée, première secrétaire d’État à la condition féminine.

La Maison Françoise Giroud est un lien d’accueil pour mères et enfants mais aussi un lieu de réinsertion et d’accompagnement psychologique et juridique.

« Nous avons une réelle vision long-termiste. Le problème des violences intrafamiliales doit être accompagné lorsqu’elles surviennent mais peut aussi être anticipé en changeant l’éducation pour le mieux-être de toute la famille », assure Nathalie Rocailleux.