L’asso l’Outil en Main initie les jeunes aux métiers de l’artisanat

Cette association nationale permet aux jeunes de 9 à 14 ans de découvrir une centaine de métiers manuels. La structure s’appuie sur 240 antennes locales, avec chacune ses spécificités.

Podcast

Les valeurs de l’association L’Outil en Main

1 - Les valeurs de l’association L’Outil en Main

02:28

L’Outil en Main : l’attrait pour les métiers de l’artisanat

2 - L’Outil en Main : l’attrait pour les métiers de l’artisanat

03:20

Initier les jeunes aux métiers de l’artisanat avec L’Outil en Main

3 - Initier les jeunes aux métiers de l’artisanat avec L’Outil en Main

07:52

Carreleur, mosaïste, dessinateur, charpentier, photographe…. Depuis 28 ans, l’association L’Outil en Main propose aux jeunes de 9 à 14 ans de s’initier aux métiers manuels, de l’artisanat et du patrimoine.

Il existe 240 antennes à travers la France hexagonale et les territoires ultramarins. Au total, c’est plus d’une centaine de professions qu’ils peuvent découvrir pendant leurs temps extra-scolaires, les mercredis après-midi et parfois le week-end.

Valoriser ces métiers

Chaque structure a ses spécificités, car ce sont des artisans à la retraite qui animent bénévolement les ateliers. Par exemple, en Gironde, il y en a neuf à découvrir.

« Il y a un problème de reconnaissance de ces métiers à l’école, explique Yvette Verel, présidente de la section girondine. Les conseillers d’orientation ne peuvent pas tout dire. C’est pourquoi, avec L’Outil en Main, on essaie de parler à ces jeunes de ces métiers qui peuvent être rares, comme celui de plumassier. »

Du lien entre les générations

Finalement, cette association « c’est la transmission entre le retraité, qui adore son métier, qui a envie de transmettre son savoir à un enfant parce qu’il n’a pas envie que ça se perde. Ça favorise le lien transgénérationnel.  On montre aussi à ces jeunes comment travailler les matières : le bois, le métal, le tissu etc… », précise Yvette.

Il y a aussi des valeurs autour du respect de son atelier, du travail bien fait. C’est pour toutes ces raisons que l’ancienne professeure de couture a décidé, il y a quatre ans, de consacrer du temps à cette structure.