Tout le monde doit prendre soin de son périnée !

Contrairement à ce que l’on peut penser la rééducation périnéale n’est pas réservée qu’aux mères venant d’accoucher. Estelle Calvarin, kinésithérapeute nous dit tout !

Podcast

Tout le monde doit prendre soin de son périnée !

1 - Tout le monde doit prendre soin de son périnée !

08:28

Estelle Calvarin, kinésithérapeute nous explique la méthode du biofeedback

2 - Estelle Calvarin, kinésithérapeute nous explique la méthode du biofeedback

04:04

Les conseils pour prendre soin de son périnée

3 - Les conseils pour prendre soin de son périnée

02:06

Il faut chouchouter son périnée. Cet ensemble de muscles qui se trouve dans le bassin, qui s’étend du pubis au coccyx, joue un rôle dans la continence au niveau du rectum et de la vessie. Il permet aussi de soutenir les organes. Quelques mois après leur accouchement, nombreuses sont les femmes à avoir recours à la rééducation périnéale auprès de leur kinésithérapeute ou sage-femme pour retonifier cette zone.  

Estelle Calvarin, kinésithérapeute à Bordeaux, qui a une approche pelvi-périnéologique de sa pratique, reçoit dans son cabinet aussi bien des femmes, des hommes que des enfants. « Quand on reçoit les patients on fait d’abord un bilan, explique la professionnelle. Car les problématiques ne sont pas les mêmes ni le vécu. On peut proposer des approches posturales, une gymnastique abdominale, mais aussi une technique plus interne avec des sondes en biofeedback pour visualiser les contractions du périnée. Aussi on peut avoir à faire des techniques plus internes pour détendre le périnée notamment en cas de vaginisme. (Le vaginisme pourrait se définir comme une peur panique de la pénétration, conduisant la femme qui en souffre à adopter différentes stratégies pour éviter toute pénétration. Def. Du collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français)

Les raisons qui poussent les patients à venir consulter sont multiples pour une rééducation du périnée comme le détaille Estelle Calvarin : « chez les enfants ça peut être dû aux mauvaises habitudes au niveau de l’alimentation et de la boisson. En cas de soucis psychologiques je mets en place une prise en charge pluridisciplinaire avec un psychologue. En ce qui concerne les troubles sexuels ça peut être multifactoriel : une posture, des traumatismes sur le coccyx, sur le bassin. Le sport aussi, par exemple le vélo et l’équitation ont tendance à rendre le périnée très tonique. » Les personnes aussi atteintes de maladies respiratoires comme la mucoviscidose peuvent aussi être amenées à rééduquer leur périnée car « elles toussent tellement que ça met en péril leur périnée et à un moment donné il n’amortit plus les pressions abdominales. Conséquences, ça peut provoquer des fuites urinaires. »

Mais y a-t-il un moyen d’éviter d’en arriver à la rééducation périnéale ? Oui, nous explique la kinésithérapeute qui conseille par exemple : « lorsque vous allez aux toilettes, mettez un petit marchepied, ça va détendre le périnée postérieur et faciliter la vidange des selles et vous éviter de pousser, du coup de le fragiliser. Aussi, je remarque que souvent au travail, les gens inhibent leur envie d’aller uriner. Et ils y vont une fois le matin et une fois le soir. Il faut y aller plus souvent dans la journée. Autre remarque très importante pour Estelle Calvarin : « Et il faut bien s’asseoir sur la cuvette des toilettes. Si vous ne vous asseyez pas correctement vous vidanger mal la vessie et vous pouvez créer des infections urinaires. » Son dernier conseil est de pratiquer du sport pour éviter la sédentarité.