Sœur Marie-Jo : la femme qui ouvre les bras aux réfugiés

Originaire du Cameroun, ancienne enseignante, Sœur Marie-Jo Biloa accueille chaque année un millier de migrants et réfugiés, souvent des femmes seules avec enfants, dans son église Notre Dame des Foyers, à Paris. Elle leur offre avant tout une écoute.  

Podcast

Sœur Marie-Jo : la femme qui ouvre les bras aux réfugiés

1 - Sœur Marie-Jo : la femme qui ouvre les bras aux réfugiés

02:08

Notre Dame des Foyers, l’église qui accueille les réfugiés

2 - Notre Dame des Foyers, l’église qui accueille les réfugiés

04:09

Sœur Marie-Jo : parler et écouter les migrants

3 - Sœur Marie-Jo : parler et écouter les migrants

08:11

C’est dans son bureau, au sous-sol de l’église Notre Dame Des Foyers, qu'elle nous reçoit. Le visage empathique, elle nous raconte d’abord qu’avant nous, elle a tenté de trouver un hébergement d’urgence pendant plus d’une heure à une jeune femme et son petit garçon. “C’est difficile le soir, quand je rentre chez moi et que je pense à ces personnes”, soupire-t-elle.  

Malgré la misère qu’elle côtoie au quotidien, Sœur-Marie Jo Biloa accueille, écoute, accompagne les migrants et réfugiés qui trouvent le chemin de son église. Accompagnée d’une équipe de bénévoles, parfois des anciens accueillis, elle offre des repas chauds, des cours de français et une aide aux démarches administratives.  

Cette femme, touchée et touchante, raconte que le simple fait d’offrir une oreille aux réfugiés participe à leur rendre une part de leur dignité. “Le mal a souvent été fait par un être humain. Il n’y a qu’un autre être humain qui puisse leur faire du bien”, explique-t-elle au micro d’AirZen Radio. 

Ce sont majoritairement des primo-arrivants qui se rendent dans cette grande église du 19 ème arrondissement, dotée au sous-sol d’une cuisine, d’une salle de réfectoire et de salles de classe pour l’enseignement de la langue dispensé par d’autres religieuses.  

Arrivée en France en 2008, Sœur Marie-Jo s’estime heureuse lorsque les personnes qu’elle aide parviennent ensuite à s’en sortir seules, qu’elles sont établies et qu’elle retrouve une confiance en elle.  

Musiques utilisées dans le podcast : 

The Children's Room /Audionautix. 
Notalgic Snowflakes / Marc Van Damne