Seine-et-Marne : jardiner sans prise de tête selon Véronique Gonthier

Véronique Gontier a conçu son petit jardin urbain comme elle mène sa vie : sans chichis ni ostentation mais avec une joie de vivre de tous les instants. La clé de la réussite au jardin ?

Aller plus loin

Titre
Durée
Il n’est jamais trop tard pour commencer à jardiner

1 - Il n’est jamais trop tard pour commencer à jardiner

02:12

Jardinage : refus de l’échec, persévérance et joie de vivre

2 - Jardinage : refus de l’échec, persévérance et joie de vivre

04:09

Jardinage : pas de place ? Pas de souci !

3 - Jardinage : pas de place ? Pas de souci !

04:12

© Virginie Quéant / Greefortwo Media

Ce jardin, c’est le quatrième de Véronique Gonthier. Il est installé dans une rue de Lagny-sur-Marne, tout près d’une école d’où s’échappent les cris d’enfants manifestement décidés à profiter des premiers beaux jours de la fin de ce mois de mars.

Ici, elle a fait la synthèse de tout ce qu’elle a appris auparavant. Véronique n’hésite pas à rire des erreurs qu’elle a commises au début.

À dire vrai, il y a peu de choses dont elle ne rit pas et sa bonne humeur est communicative. Surtout, elle est la preuve qu’on peut, si on est aussi passionné qu’elle, bien sûr, arriver à créer un jardin. Et ce, même quand on n’est pas tombé dedans tout petit. À condition d’accepter d’apprendre tous les jours. Car malgré une grand-mère jardinière, Véronique Gonthier n’était pas vraiment intéressée par le jardin quand elle était enfant. Elle s’est bien rattrapée depuis !

Son « école » permanente, ce sont les échanges avec d’autres jardiniers. Son inspiration, les visites de jardins. Et son péché mignon, les fêtes des plantes – dont elle a du mal à revenir sans des brouettes entières ! Mais aussi les trocs de plantes avec ses amis et les acquisitions qu’elle fait sur Seeds of Love (un jeu basé sur le troc de graines). Tout cela remplit son petit jardin. Et une bonne partie de sa vie de jardinière heureuse qui aime partager ses coups de cœurs sur son blog.

Publié le 12/05/2022 à 12h29

Par Omar Mahdi

Journaliste