Oise : des planches au cresson, une vie dans un coin de paradis

C’est une femme incroyable que nous vous proposons de rencontrer. Sandrine était auteure, comédienne. Elle cultive désormais du cresson, une variété de salade, dans le sud de l’Oise.

Podcast

Une nouvelle vie dans un coin de paradis

1 - Une nouvelle vie dans un coin de paradis

02:14

Un bien-être permanent

2 - Un bien-être permanent

04:04

Le cresson, les pieds dans l’eau

3 - Le cresson, les pieds dans l’eau

04:13

Quand on pousse le portail de la Cressonnière de Baron, dans le sud de l’Oise, on se sent immédiatement happé par la magie du lieu. Devant moi, une immense étendue, quelques bassins où pousse du cresson, et des espaces où la nature semble avoir pris le dessus. Sur ma droite, une grande cabane, que l’on brûle de découvrir et où le temps s’est arrêté.  

Au loin, j’aperçois Sandrine, en train d’arroser des fleurs comestibles. Elle me fait signe et se dirige vers moi, sourire aux lèvres. C’est indéniable : la magie du lieu, on la ressent aussi à son contact. Sandrine est radieuse, pleine d’énergie et pétillante.  

« Je n’en pouvais plus”

Ici, tout est empli de simplicité et de générosité, et c’est devant un café, sous un soleil éblouissant, que nous nous mettons à discuter.  

« J’étais comédienne et auteure. J’adorais mon métier mais vraiment, la vie parisienne, je n’en pouvais plus”, confie-t-elle. C’est finalement en discutant avec un ami, dont le jardin jouxte la Cressonnière, alors à l’abandon, que l’idée germe dans sa tête.  

Durant le Covid, celle qui est originaire du village, s’était formée à l’agriculture urbaine. Elle mettra donc en application ce qu’elle a appris ici.  

« Je suis à ma place »

Si Sandrine a pu se lancer, si elle en est là aujourd’hui, c’est grâce à sa volonté sans faille, à son compagnon Quentin qui a joué le jeu, mais aussi et surtout grâce au formidable élan de solidarité autour d’elle et de son projet. 

“Mes amis sont là en permanence. Pour faire vivre ce lieu, pour m’accompagner, mais aussi pour m’encourager et m’aider. Je ne les remercierai jamais assez”, confie-t-elle. 

Alors oui, ce n’est pas toujours évident. Le cresson fontaine se cultive les pieds dans l’eau, se récolte quand les températures sont au plus bas, nécessite également des nettoyages réguliers des différents bassins. Mais l’envie et la joie sont là.  

“Je n’ai jamais été aussi épanouie, assure Sandrine. Je suis à ma place’” 

La Cressonnière de Baron : rue du Faubourg Bachet, 60300 Baron