Ludivine, paysagiste « haute couture » et femme engagée

Ludivine Baruton a fondé le studio Falaj. Pour de nombreux pays d’Europe et d’Arabie saoudite, elle designe des espaces urbains végétalisés et multisensoriels.

Podcast

Ludivine Baruton, femme paysagiste et engagée

1 - Ludivine Baruton, femme paysagiste et engagée

02:10

Comment rendre un espace extérieur zen et agréable ?

2 - Comment rendre un espace extérieur zen et agréable ?

03:58

« Paysagiste haute couture » : le parcours de vie d’une femme engagée

3 - « Paysagiste haute couture » : le parcours de vie d’une femme engagée

08:07

« Je suis fascinée par les jardins des riads. C’est une vraie expérience sensorielle… Le bruit des oiseaux, les plantes, la fraîcheur », raconte Ludivine Baruton.

Ludivine Baruton

L’entrepreneuse, désormais installée à Montpellier, est une véritable artiste du jardin. Après des études à l’École nationale supérieure du paysage de Versailles, elle a participé à de grands projets d’urbanisme (hôtels, squares, parcs…) pour plusieurs pays d’Europe comme la France, l’Angleterre, l’Allemagne mais aussi pour l’Arabie saoudite.

« Le projet qui m’a le plus marquée, aussi le plus difficile, c’est celui pour une université située sur la Côte est de l’Arabie saoudite », se souvient la jeune femme. Elle avait pour mission d’imaginer toute une partie du campus à l’occasion de l’ouverture de la scolarité pour les jeunes filles.

Projet saoudien – architecture urbaine. Ludivine Baruton

« Le fait que je sois une femme, que je travaille avec une autre femme – une designer lumière – sur un projet servant à d’autres femmes… c’était extrêmement touchant », raconte l’architecte paysagiste qui se bat pour faire reconnaître les femmes de son métier.

Aujourd’hui, Ludivine a ouvert un nouveau bureau à Dubaï et travaille sur de multiples projets pour son studio. « Ce que j’aime, c’est proposer une expérience multisensorielle au public. Que les personnes ne viennent pas simplement s’asseoir dans un endroit, qu’elles viennent aussi profiter d’une vraie expérience », ajoute-elle.