Livre : Titiou Lecoq réhabilite les femmes dans l’Histoire

« Les grandes oubliées – Pourquoi l’Histoire a effacé les femmes » est le livre de Titiou Lecoq paru aux éditions l’Iconoclaste. Elle y explique pourquoi les femmes sont exclues des livres d’Histoire.

Podcast

Autrice, doctoresse, ces mots français oubliés

1 - Autrice, doctoresse, ces mots français oubliés

02:04

Femmes dans l’Histoire : comment améliorer les choses

2 - Femmes dans l’Histoire : comment améliorer les choses

04:05

Pourquoi les femmes ont-elle été effacées de l’Histoire

3 - Pourquoi les femmes ont-elle été effacées de l’Histoire

07:51

Connaissez-vous Enheduanna ? Non ? Pourtant, c’est l’autrice du premier manuscrit de l’Histoire de l’humanité. Saviez-vous que de nombreuses et puissantes reines ont gouverné la France ? Non plus j’imagine. Pourquoi cette ignorance ? Tout simplement parce que l’école ne vous l’a pas appris.

Notre société n’a jamais jugé utile de nous enseigner la réelle place des femmes dans l’Histoire. Et si vous pensez que les choses se sont améliorées depuis quelques années, rien n’est moins sûr.

La preuve, lors de visites dans des lycées pour y parler de son livre, sorti en septembre 2021, Titiou Lecoq n’a pas vu de progrès lorsque les jeunes admettaient penser qu’Elisabeth Borne était la première femme Première ministre de notre Histoire. Personne n’avait jamais entendu parler d’Édith Cresson qui, pourtant, accédait à la même fonction il y a seulement trente ans.

L’effacement dans la langue

« Les femmes ont fait l’Histoire. Elles ont régné, gouverné, combattu, milité, écrit, crié parfois. Elles n’ont jamais été les spectatrices d’un monde que les hommes dirigeaient. Ça, c’est une fable”, insiste l’autrice. Alors, pourquoi seules Jeanne d’Arc, Marie Curie et quelques (trop rares) autres ont-elles réussi à se frayer un chemin jusqu’à nos cours d’Histoire ? Pourquoi les journées du patrimoine et non celles du matrimoine (même si elles existent grâce à quelques associations) ? Ce n’est pas une question de biologie, c’est une question de politique, de choix. De décider que l’Histoire des hommes était un choix neutre.

A N N O N C E

Un effacement qui concerne aussi notre langue : des mots comme « autrice » ou « doctoresse » étaient très employés jusqu’au XVIIe siècle, jusqu’à ce que des hommes excluent les femmes de ces professions et que l’Académie française interdise ces mots.

Grâce à ce livre, préfacé par Michèle Perrot, les femmes reprennent leur juste place. Un livre riche et drôle. Peut-être le meilleur cours d’Histoire que vous n’avez jamais eu.

Les Grandes oubliées – Pourquoi l’Histoire a effacé les femmes”, de Titiou Lecoq, éditions l’Iconoclaste, 20,90€.