Le sel, ami ou ennemi pour notre santé ? On met fin aux idées reçues

Le sel est mauvais pour la santé, il faut absolument le supprimer… Cette idée reçue largement répandue est inexacte. Notre organisme a besoin de sodium et de potassium pour vivre.

Podcast

Le sel, indispensable mais modérément

1 - Le sel, indispensable mais modérément

02:00

Le sel, ami ou ennemi ?

2 - Le sel, ami ou ennemi ?

04:00

Le sel : Corinne Chimenti répond à notre vrai/faux

3 - Le sel : Corinne Chimenti répond à notre vrai/faux

04:00

L’OMS (organisation mondiale de la santé) préconise 4 grammes de sel par jour, ce qui correspond à une cuillère à café. Mais en réalité, nous consommons entre 7 et 14 grammes en moyenne, entre le sel ajouté et les sels cachés dans nos aliments.

Pour réduire notre consommation, il est possible d’adopter des gestes simples comme de lire les étiquettes et repérer les indications. « Teneur réduite en sel » signifie que le produit contient au minimum 25% de sel en moins. « Pauvre en sel » indique que l’aliment ne contient pas plus de 0,3 g de sel pour 100 g et enfin « sans sel » signifie qu’il n’en contient pratiquement pas.

A N N O N C E

Privilégiez également l’achat de légumes frais ou surgelés natures plutôt qu’en conserve, souvent pleines de sel. Optez pour les aliments avec la mention « Teneur réduite en sel » et limitez les chips, biscuits apéritifs, produits en saumure, pickles, olives, jambon cru, saucisson, eaux gazeuses salées.

À proscrire, en revanche : le régime strict à moins de 2 g par jour car il y a risque de déshydratation, une perte d’appétit, des crampes, des insomnies, de la fatigue, une faiblesse musculaire avec une potentielle dénutrition chez les personnes âgées.

Corinne Chimenti, diététicienne nutritionniste, répond à nos questions.