L’apprentissage par le cœur : quand les émotions nous aident à décider

Cette méthode d’auto coaching, aussi appelée « embodiment learning », est enseignée par l’organisme Cor by Heartworkers, entre Paris et Los Angeles. La méthode est simple : observer, ressentir, intégrer.

Podcast

Self coaching : qu’est-ce que la méthode de la visualisation ?

1 - Self coaching : qu’est-ce que la méthode de la visualisation ?

02:09

Méthode d’auto-coaching : l’apprentissage par le cœur

2 - Méthode d’auto-coaching : l’apprentissage par le cœur

04:05

Observer, ressentir, intégrer, les 3 piliers de l’intelligence du cœur

3 - Observer, ressentir, intégrer, les 3 piliers de l’intelligence du cœur

04:18

« À l’école, en entreprise et même dans la famille, on nous apprend à réfléchir avec notre cerveau, à mettre nos émotions de côté. L’apprentissage par le cœur, c’est tout l’inverse ! » résume Aurélie Brisac.

COR by Heartworkers

Installée depuis plusieurs années à Los Angeles, capitale mondiale du développement personnel moderne, Aurélie Brisac a mis ses compétences au service de l’éducation. Après 11 ans passés dans le secteur privé, à la tête du marketing digital de la marque de cosmétiques Clarins, elle a décidé d’enseigner la créativité et le sens critique aux élèves des écoles publiques situées dans des quartiers prioritaires.

Ne pas laisser tomber l’émotion

En 2019, elle lance avec son associée Elodie Attias un cabinet de coaching qui propose, entre autres, cette méthode d’apprentissage par le cœur entre Paris et Los Angeles : COR by Heartworkers.

A N N O N C E

« Nous avons trop souvent mis de côté l’intelligence du cœur. Pourtant, elle peut se retrouver dans notre capacité à avoir de l’empathie, à ressentir et comprendre les informations cachées dans nos émotions ou encore dans notre capacité à nous adapter au changement », explique la coach.

“L’esprit intuitif est un don sacré et l’esprit rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et qui a oublié le don sacré”, disait d’ailleurs Albert Einstein.

Selon elle, les plus grands leaders de ce monde commencent justement à comprendre que l’intuition et l’instinct peuvent être de vrais alliés dans la prise de décision. « Évidemment, nous avons besoin des deux ! La raison et l’intuition », ajoute Aurélie.

Observer, ressentir, intégrer avec le cœur

Comment pratiquer ? En faisant le vide, d’abord. On peut fermer les yeux, mettre une main sur sa bouche et se laisser envahir par ses émotions sans les juger.

« Ensuite, il y a trois étapes », détaille la coach : observer, ressentir, intégrer. La première revient à « prendre conscience de qui nous sommes. Il ne s’agit pas de l’égo ou d’une image renvoyée par la société », prévient Aurélie Brisac. Cela va permettre de prendre conscience de ses déséquilibres.

Maksym Yemelyanov / Adobe Stock

La seconde étape, c’est ressentir ou « se donner l’opportunité de comprendre ses émotions ». Parce qu’elles sont sources d’informations uniques et personnalisées, ces émotions peuvent nous permettre de réagir de façon plus empathique, plus sincère.

La dernière étape, c’est l’intégration, la partie « mentale du processus », dit Aurélie. « On peut aussi parler de post-rationalisation. On a tendance à réfléchir avec notre cerveau directement. Nous, nous proposons plutôt de l’utiliser à la fin », ajoute la coach. L’idée, c’est donc de confronter ses émotions observées et décryptées à une situation donnée et d’obtenir une cohésion complète.