Depuis deux ans, ce Français parcourt le monde sans argent

Charles a 29 ans. Il est parti sans argent sur un coup de tête, en juillet 2020, à la découverte du monde pour rencontrer la bienveillance. Il nous raconte son expérience depuis l’Irlande du Nord.

Podcast

Il raconte son tour du monde sans argent sur tiktok

1 - Il raconte son tour du monde sans argent sur tiktok

01:42

Pourquoi faire un tour du monde sans argent ?

2 - Pourquoi faire un tour du monde sans argent ?

04:28

Comment faire un tour du monde sans argent ?

3 - Comment faire un tour du monde sans argent ?

03:34

@Tourdumondesansargent

C’est une folle aventure et le personnage principal originaire de Saint-Etienne en est conscient : « En 2020, je devais partir en Thaïlande, mon vol a été annulé à cause du Covid et j’ai eu l’impression qu’on me volait ma liberté », explique Charles, 29 ans.

Un besoin de partir vite se fait ressentir et devient alors incontrôlable pour le jeune Français. Il fait sa valise et, le 27 juillet à 19h40, claque la porte direction l’inconnu. “Je suis parti avec 35 kilos sur le dos et j’ai pris n’importe quoi, je n’avais aucune notion de survivalisme et n’avais même jamais planté de tente de camping ou fait du stop.”

Une première étape l’emmène dans le Sud-Est, à Monaco, puis en Italie, Croatie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie et Turquie. Charles rentre ensuite en Normandie avant de repartir à nouveau. Direction cette fois la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Danemark et le Luxembourg. Fort de ces expériences, il rentre une deuxième fois en Normandie pour quitter de nouveau tout son confort : amis, famille, appartement, job.

La troisième étape l’amène à découvrir la Belgique, Allemagne, Danemark, la Suède et la Finlande et Norvège, il affronte le froid à -32 degrés, revient puis repart pour sa quatrième étape qu’il poursuit de l’Angleterre, Pays de Galles, Écosse, et Irlande du Nord.

A N N O N C E

Sans argent et dans des situations parfois extrêmes qui l’ont forcé à ne pas manger pendant deux jours de suite, Charles a repoussé ses limites et trouvé des réponses. Il a pu rencontrer la bienveillance et l’humanité aux quatre coins du monde où des habitants lui ont offert ce qu’ils ont pu.

« Les gens sont interconnectés entre eux. Seul et sans itinéraire, je pousse l’univers à multiplier les synchronicités. » Un livre pourrait suivre à l’issue de ses voyages mais en attendant, c’est sur les réseaux sociaux qu’il publie ses pérégrinations : @tourdumondesansargent sur TikTok et Instagram