A 75 ans, Jean-Jacques Savin traverse l’Atlantique à la rame et en solitaire

C’est la seconde fois que le septuagénaire se lance le pari fou de parcourir l’océan Atlantique en solitaire. Parti le 1er janvier du sud du Portugal, il souhaite rallier la Martinique en une centaine de jours.

Podcast

A 75 ans, Jean-Jacques Savin traverse l’Atlantique à la rame et en solitaire

1 - A 75 ans, Jean-Jacques Savin traverse l’Atlantique à la rame et en solitaire

01:56

Jean-Jacques Savin revient sur sa première traversée de l’Atlantique en solo

2 - Jean-Jacques Savin revient sur sa première traversée de l’Atlantique en solo

04:03

Jean-Jacques Savin répond une nouvelle fois à l’appel du large

3 - Jean-Jacques Savin répond une nouvelle fois à l’appel du large

08:44

Pour bien commencer l’année 2022, Jean-Jacques Savin, 75 ans, s’est lancé comme pari de traverser l’océan Atlantique en solitaire et à la rame. Cet habitant du bassin d’Arcachon a pris le large le 1er janvier depuis le Sud du Portugal pour rallier en une centaine de jours la Martinique. Un départ, qui d’ailleurs avait dû être différé de quelques jours en raison des conditions météorologiques peu favorables.

Ce navigateur chevronné, friand de défis, s’était déjà élancé dans une aventure similaire en 2019. Il était alors parti à bord d’un canot en forme de tonneau, qu’il avait lui-même dessiné. Puis, il s’est laissé ballotter par les flots. En 127 jours, il avait alors ralié les Canaries à Porto Rico. Cette aventure unique, il la raconte dans son livre, 127 jours à la dérive – l'Atlantique en tonneau. Mais pour cette nouvelle traversée, Jean-Jacques Savin a choisi une embarcation plus classique.

C’est pour retrouver ses sensations de bien-être que le septuagénaire, ancien militaire parachutiste, repart voguer sur les flots de l’océan Atlantique, qu’il connaît très bien. Il a vécu sur un voilier pendant sept ans avec sa compagne et leur fille lorsqu’elle était bas âge.

A travers, l'association Ela, qui lutte contre la leucodystrophie, et son opération "Mets tes baskets, bats la maladie", des élèves d’une centaine d’écoles vont pouvoir suivre cette traversée, tout comme les enfants du service oncologie du CHU de Bordeaux. Jean-Jacques Savin alimente un carnet de bord disponible sur ses réseaux sociaux.