Sortie : à Besançon, un musée pour tout savoir sur le temps

Si vous cherchez une idée de sortie originale, direction le musée du Temps à Besançon. Entre collection patrimoniale et pièces exceptionnelles, vous saurez tout sur cette notion de notre quotidien.

Podcast

Le musée du Temps de Besançon

1 - Le musée du Temps de Besançon

02:00

Comment se mesure le temps ?

2 - Comment se mesure le temps ?

04:17

Montres, horloges et horloge parlante

3 - Montres, horloges et horloge parlante

07:50

Voilà un endroit original qui va ravir petits et grands. Bienvenue au musée du Temps à Besançon. Ce musée est installé en plein cœur de la ville, dans un prestigieux palais Renaissance, le palais de Granvelle.

Ici, vous saurez tout sur le temps : le musée retrace en effet les grands moments de l’horlogerie bisontine et met en lumière à la fois l’histoire de la mesure du temps et l’histoire de la ville. L’évocation de Besançon comme la « capitale horlogère » s’inscrit au musée à travers les collections patrimoniales de la ville explique Alexandre Caillet, guide conférencier au musée du Temps.

A N N O N C E

Dans le musée, on retrouve donc des pièces exceptionnelles de l’horlogerie, comme la Leroy 01, considérée comme la montre la plus compliquée du monde, mais aussi des outils qui mesurent le temps, comme une partie des instruments de l’Observatoire astronomique de Besançon qui certifiait notamment le bon fonctionnement des chronomètres.

L’horloge parlante

Au-delà des collections d’horlogerie, on retrouve aussi l’histoire de la discipline, où se trouvent représentés les plus grands noms de l’histoire horlogère, parmi eux Ferdinand Berthoud ou Antide Janvier.

Et puis au détour des pièces du musée, en parallèle des horloges, des tapisseries, des peintures historiques ou encore du mobilier et objets d’art, on retrouve aussi une horloge parlante. « On en garde un exemplaire assez rare de la deuxième génération, explique Alexandre Caillet. Pour ceux qui ne connaissent pas l’horloge parlante, elle a été créée dans les années 30 par l’Observatoire de Paris, parce qu’il n’arrivait plus à gérer le nombre d’appels qu’il recevait. Les lignes étaient saturées. Donc le directeur de l’époque a créé une horloge parlante, une horloge automatique, avec une sorte de boîte à musique qui répondait aux gens qui les appelaient pour avoir l’heure exacte. Dans les années 60, en 1965, on a installé une nouvelle horloge, une deuxième génération beaucoup plus précise, et il n’y en a que deux exemplaires : le premier est à l’Observatoire de Paris, l’autre chez nous. »

Une chance quand on sait que l’horloge parlante s’est définitivement tue le 1er juillet 2022.