Printemps : de The Drum à Otis Redding, notre playlist de la semaine

On a mis la barre un peu plus haut cette-fois. Des musiques de printemps certes, mais qui se sifflent. Pour encore plus de partage et de bonne humeur, sous la douche ou entre amis.

Podcast

Playlist de printemps : Alt-J et Bernard Herrmann

1 - Playlist de printemps : Alt-J et Bernard Herrmann

02:01

Playlist de printemps : Edward Sharpe, Bangles, Fratellis, Angus Stone

2 - Playlist de printemps : Edward Sharpe, Bangles, Fratellis, Angus Stone

04:18

Playlist de printemps :The Drum, Black Keys, Peter Bjorn, Otis Redding

3 - Playlist de printemps :The Drum, Black Keys, Peter Bjorn, Otis Redding

04:22

The Drum : “Let’s Go Surfing”

C’est le premier single des Américains de The Drum, sorti en 2009. Le duo s’est rencontré adolescents dans un camp de vacances. Les deux ont eu une éducation très stricte, conservatrice… Ce n’est peut-être pas un hasard si leur musique sent si bon la liberté.

The Black Keys : “Tighten up”

Autre duo américains avec les Blacks Keys. Dan Auerbach et Patrick Carney sont originaires de l’Ohio. Ils sont fans de blues et de rock. « Tighten up » est tiré de leur sixième album, « Brothers », qui date de 2010, avec lequel ils rencontraient leur premier gros succès commercial.

Peter Bjorn and John : “Young Folks”

Peter Bjorn and John. Un groupe suédois qui s’est rencontré au lycée et qui, ensuite, a sorti discrètement deux albums. Au début des années 2000, ils écrivent cette pop song en une heure, dans leur appartement, avec du matériel acheté par petites annonces.

À l’époque, Facebook, Instagram et Twitter n’existent pas. Le réseau social du début des années 2000 s’appelle Myspace. Le groupe met le morceau en ligne… Résultat, 100 millions d’écoutes, un remix du morceau par Kanye West. Et le truc rigolo, c’est que le chanteur ne sait pas siffler.

Otis Redding : “Sitting on the Dock of the Bay”

Difficile de ne pas évoquer « Sitting on the Dock of the Bay » d’Otis Redding lorsqu’on parle de chansons sifflées. Sortie en janvier 1968, un mois après la disparition tragique du chanteur dans un accident d’avion, elle devient le premier numéro un posthume dans l’histoire des charts américains. Elle avait été enregistrée en novembre 67, après avoir été composée sur le bateau dans lequel Otis Redding vivait dans la baie de San Francisco.

Edward Sharpe and the magnetic zeros : “Home”

On ne dirait pas, mais cette musique guillerette trouve sa source dans une rupture amoureuse. Celle d’Alex Ebert, vrai nom d’Edward Shape. Bon, il ne resta pas triste trop longtemps puisqu’il rencontrera une nouvelle compagne et une dizaine de musiciens. Une joyeuse troupe avec laquelle il enregistrera cette chanson, “Home”, en 2009.

The Bangles : “Walk Like an Egyptian”

Immense succès pour les Bangles, « Walk Like an Egyptian ». Sortie en 1986, l’histoire raconte que la chanson a été inspirée par les passagers d’un ferry qui tentaient de garder leur équilibre et qui marchaient tous de profils, comme les représentations hiéroglyphes de l’Égypte antique.

The Fratellis : “Whistle for the Choir”

2006, tiré du premier album des Écossais de the Fratellis, « Costello Music ». Vous vous souvenez des « Goonies », le film ? Le méchant avait pour nom de famille Fratelli. Eh bien voilà, maintenant vous savez pourquoi les Fratellis s’appellent ainsi.

Ce morceau s’appelle « Whistle for the Choir », et, pour son enregistrement, le groupe a choisi les studios Sunset Sound, où sont passés des petits groupes comme les Doors ou les Rolling Stones. Ainsi qu’un jeune débutant, Bob Dylan. Pourquoi ce choix ? Entre autres parce que ce studio possédait du matériel entièrement analogique, à l’ancienne…

Angus Stone : « Wooden Chair »

L’Australien Angus Stone forme un duo avec sa sœur, Julia. Mais il enregistre aussi des albums en solo, comme « Broken Bright », son premier qui date de 2012 et dont est issu ce joli « Wooden Chair ». De Bob Dylan aux Eagles, l’album est un hommage aux artistes que lui faisaient écouter ses parents, eux-mêmes musiciens, quand il était petit.

Alt-J : « Warm Foothils »

Alt-J est un groupe anglais formé en 2007 par trois étudiants des beaux-arts à Leeds, qui, un jour, se sont rendu compte qu’ils habitaient le même immeuble. Premier album en 2012 et premier succès. Deuxième album deux ans plus tard et re-succès. C’est sur celui-ci, « This is all yours », que vous trouverez ce morceau « Warm Foothils ». Particularité de celui-ci : toutes les paroles sont partagées entre cinq artistes et aucun des mots qui se suivent ne sont chantés par le même.

Bernard Hermann : « Twisted Nerve »

On termine par un classique, « Twisted Nerve » de Bernard Herrmann. Avant de devenir le morceau préféré des amateurs de katana qui s’habille en combinaison jaune pour rendre hommage à l’héroïne du film « Kill Bill » de Tarantino, « Twisted Nerve » était déjà une musique de film, « Sous l’emprise du démon » en l’occurrence, sorti en 1968.

Il faut dire que Bernard Herrmann est considéré comme l’un des principaux compositeurs de musiques de films, notamment pour son travail avec Alfred Hitchcock. Par exemple, dans « Psychose », la scène sous la douche, c’est lui. Il a influencé de nombreux auteurs, au premier rang desquels John Williams