L’illustrateur et bédéiste Rakidd utilise son art pour expliquer le racisme

Rakidd, de son vrai nom Rachid Sguini publie sa dernière BD « Le petit manuel antiraciste pour les enfants… mais pas que » aux Éditions Lapin pour sensibiliser les enfants et les adultes à ces questions de société.

Podcast

L’illustrateur et bédéiste Rakidd utilise son art pour expliquer le racisme

1 - L’illustrateur et bédéiste Rakidd utilise son art pour expliquer le racisme

02:05

Déconstruire ses croyances

2 - Déconstruire ses croyances

03:56

L’art pour sensibiliser les enfants et les adultes au racisme

3 - L’art pour sensibiliser les enfants et les adultes au racisme

08:12

C’est parce qu’il aurait voulu qu’on lui explique étant jeune, et victime de racisme, ce qu’est justement le racisme et savoir d’où ça vient que Rakkid, de son vrai nom Rachid Sguini a sorti en septembre « Le petit manuel antiraciste pour les enfants… mais pas que » aux éditions Lapin.

Le bédéiste et illustrateur Auvergnat aborde à travers les 80 pages certaines formes de racisme. Avec une touche d’humour et sans tabou, il explique, décrypte et déconstruit les différentes formes du racisme. Par exemple, il explique la signification du blackface. Il revient entre autres sur le cliché des Juifs qui seraient tous riches ou encore sur cette autre croyance que les Chinois sont jaunes et la Romophobie.

Né dans les années 90, Rakidd, y a glissé des références culturelles comme "C’est pas sorcier" avec Fred et Jamy, la série Dawson ou encore Harry Potter. Il a souhaité apporter une double lecture pour que ça soit intelligible aussi bien pour les adultes que pour les enfants : « j’ai essayé de simplifier le texte, mais pas trop. J’ai choisi de leur parler avec des mots presque d’adulte parce qu’un enfant arrive à tout comprendre et s’il y a un mot qu’il ne comprend pas il cherche dans le dictionnaire. Il assimile très vite.»

Ce passionné d’histoire de l’art est convaincu que sensibiliser le jeune public est la clé pour lutter contre le racisme. « Les enfants sont les ambassadeurs dans leur propre famille de cette nouvelle façon de penser qui est plus tolérante et bienveillante. »