Les secrets du succès et de la longévité de “Plus belle la vie”

Dix-huit ans après la diffusion de son premier épisode, la série à succès tire sa révérence ce vendredi 18 novembre. Un record de longévité, qui ne doit rien au hasard, pour une série française.

Podcast

“Plus belle la vie” : un succès populaire méprisé

1 - “Plus belle la vie” : un succès populaire méprisé

02:19

“Plus belle la vie” vue par une sociologue

2 - “Plus belle la vie” vue par une sociologue

04:20

Comment “Plus belle la vie” a abordé les sujets de société

3 - Comment “Plus belle la vie” a abordé les sujets de société

04:04

Le premier épisode de “Plus belle la vie” a été diffusé le 30 août 2004. Le dernier, le 18 novembre 2022. Entre les deux, près de 4 700 épisodes auront rythmé les débuts de soirée de France 3 et de millions de téléspectateurs.

Une longévité et un succès d’audience inédit pour une série française à l’heure de la grand-messe du 20 heures.

Ce n’était pas gagné

Pourtant, le succès n’a pas tout de suite été au rendez-vous. Les habitudes ont la vie dure. 20 heures, c’est l’heure du journal. Proposer une série à cette heure-là est un pari que le service public va relever avec le temps. France 3 a investi 23 millions d’euros dans “Plus belle la vie” et espère bien avoir des retombées. Les premiers épisodes ne trouvent malheureusement pas leur public. Il va donc falloir travailler les intrigues, ajouter de nouveaux ingrédients, dont quelques “méchants” dans la galerie de personnages.

Mais la chaîne et les producteurs veulent avec ce divertissement tendre un miroir bienveillant et apaisant au public : “Plus belle la vie” doit bien porter son nom. Ses personnages ressembleront à la population française et vivront le même quotidien qu’elle. Ils seront profs, médecins, journalistes, avocats, flics, voyous, infirmier et infirmière, barman, gérante d’un hôtel, entrepreneur… Toutes les catégories socioprofessionnelles seront ainsi représentées à la télé.

Marseille comme décor, la société française comme scénario

Et l’histoire se déroulera à Marseille. Pourtant, ce qui aurait pu devenir une série par Marseille et pour Marseille va réussir à être regardée dans toute la France. Certes, il est plus facile de suivre “Plus belle la vie” si on habite en zone rurale ou dans une petite ville qu’à Paris ou dans une métropole. Mais qu’ils soient du Nord, de l’Est, de l’Ouest ou du Sud, les téléspectateurs arrivent à s’identifier à ces Marseillais. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas d’accent (à part celui du propriétaire du restaurant) !

Enfin, “Plus belle la vie” aura aussi – et surtout – réussi à parler de tous les sujets de société qui auront traversé la France pendant ces 18 ans. Mariage homosexuel, fin de vie, transidentité, religion, handicap, attentats, élections… Grâce à ses équipes de scénaristes, la série aura collé à l’actualité et parlé, parfois en même temps que son voisin le journal de 20 heures, de sujets souvent réservés aux journalistes. Le tout en gardant un esprit rassembleur et progressiste.