Le Loto du Patrimoine

A chaque rentrée de septembre le patrimoine français est mis en avant partout sur le territoire. En particulier au travers des Journées du Patrimoine. De nombreux lieux sont menacés de disparition par manque de moyens. C’est pourquoi a été crée le Loto du patrimoine. 

 

Podcast

Le Loto du Patrimoine

1 - Le Loto du Patrimoine

01:59

Béatrice qui se bat pour la préservation d’un lieu unique à Paris

2 - Béatrice qui se bat pour la préservation d’un lieu unique à Paris

03:59

Immersion dans le cellier médiéval d’Ourscamp

3 - Immersion dans le cellier médiéval d’Ourscamp

08:03

Le Loto du Patrimoine a lieu chaque année en septembre depuis 2018. Comme son nom l’indique il s’agit d’une loterie classique à laquelle s’ajoute un jeu de grattage. Les bénéfices tirés de ces ventes servent ainsi à financer la rénovation de monuments menacés.  

Cette initiative est menée par l’animateur télé Stéphane Bern, chargé par Emmanuel Macron de la mission « Patrimoine en péril ». 

Les tickets sont proposés pendant quatre à six mois dans les différents points de vente de la Française des jeux et en ligne. Par ailleurs, un tirage spécial du loto « Mission patrimoine » à lieu la veille des Journées du patrimoine mi-septembre. 

100 sites sont sélectionnés par année pour bénéficier de ces aides financières. Un par département c’est-à-dire 96 en métropole et 4 dans les Outre-Mer.  

La sélection est éclectique, on y retrouve évidemment des châteaux et autres églises, mais aussi, par exemple, une ancienne tannerie dans le Rhône, un moulin à eau en Haute-Loire, un four à pain dans le Pas-de-Calais ou d’anciens Palais de justice.  

L’an dernier pour représenter Paris c’est le cellier médiéval de la maison d’Ourscamp dans le 4ème arrondissement qui a été choisi. Béatrice Girault est la secrétaire générale de l’association Paris Historique, un regroupement de bénévoles, qui, depuis 1963, se bat pour la sauvegarde du patrimoine parisien. Et elle est en charge de ce lieu datant du 13ème siècle. Le loto du patrimoine leur a permis de toucher une aide de 166 000 euros.

Grâce aux 131 millions récoltés en 4 ans, 627 sites ont bénéficié d’aides et 297 (travaux terminés ou en cours) sont déjà sauvés.