Gironde : Mostiglass, la moustiquaire rafraîchissante made in Pessac

Derrière cette idée : Nathalie et François Capitaine. Ce couple de Girondins a mis deux ans pour mettre au point cette vitre transparente anti-moustiques, qui tient compte du confort des utilisateurs.

Podcast

La moustiquaire Mostiglass, de l’idée à la concrétisation

1 - La moustiquaire Mostiglass, de l’idée à la concrétisation

02:01

Mostiglass, une moustiquaire qui protège aussi des moustiques-tigres

2 - Mostiglass, une moustiquaire qui protège aussi des moustiques-tigres

03:44

Mostiglass, une moustiquaire innovante créée par un couple Girondin

3 - Mostiglass, une moustiquaire innovante créée par un couple Girondin

08:06

C’est sur les bancs de la fac de Bordeaux que François et Nathalie Capitaine se sont rencontrés. Quelques années plus tard, l’ancien directeur de sites industriels et professeure de physique ont décidé de revenir en Gironde, le département de leur jeunesse, pour y lancer en 2018 GoCap.

Le couple a conçu une moustiquaire innovante, Mostiglass, qui est fabriquée dans un petit atelier de Pessac, près de Bordeaux.

Photo de Nathalie Capitaine

Une moustiquaire innovante

C’est après deux années d’expérimentation que leur produit final est né. Et il leur fallait des composants de qualité : « C’est une vitre en verre rigide transparente, aussi utilisée pour les lunettes. Elle est anti-UV et garantie 10 ans, explique Nathalie. On a travaillé avec l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement, NDLR) à Montpelier, un laboratoire accrédité par l’OM, pour avoir les 100% d’efficacité. »

Cette Mostiglass a la particularité de ne pas laisser passer les moustiques-tigres, vecteurs de maladies, et d’être rafraîchissante : « On a travaillé sur la perforation de la plaque, de façon à ce que l’air chaud qui la traverse soit plus frais, précise la cheffe d’entreprise. Par exemple, s’il fait 29 °C dehors, notre Mostiglass peut faire baisser la température de quatre degrés. Après, on n’est pas une climatisation. »

Adaptable, la moustiquaire de Nathalie et François Capitaine se pose sur différents formats de fenêtres. Un produit qui, finalement, permet d’éviter les insecticides. Pour le prix, comptez 81 euros (hors taxes) par mètre carré.

Photo de Nathalie Capitaine

Une idée venue après des voyages

C’est à la suite de leurs nombreux voyages, notamment sur les iles de Madagascar, La Réunion et Maurice, que l’idée a germé : « On voyait que les habitants des pays chauds comme froid mettaient des moustiquaires aux fenêtres, mais elles assombrissaient les habitations, explique Nathalie. On s’est dit qu’on voulait quelque chose de clair pour profiter du paysage et de la lumière, sans être dérangé par des insectes tels que les moustiques. Il fallait aussi qu’elle nous permette d’être en sécurité. » D’où la rigidité de la moustiquaire afin que personne ne puisse pénétrer dans le logement quand les fenêtres sont ouvertes.

Pour l’avenir, Nathalie et François Capitaine ont de nombreux projets, notamment celui de créer un landau équipé d’une Mostiglass qui protégerait du virus Zika, une idée soufflée par leurs amis brésiliens.