Découvrez le nouveau métier d’agent de convivialité

Ces professionnels ont pour objectif de créer du lien entre les individus dans les Social Bar ou au sein des entreprises.

Podcast

Découvrez le nouveau métier d’agent de convivialité

1 - Découvrez le nouveau métier d’agent de convivialité

01:53

Social Bar : rencontre avec Blaise de Mongolfier

2 - Social Bar : rencontre avec Blaise de Mongolfier

04:06

Social Bar : rencontre avec Renaud Seligmann, co-fondateur

3 - Social Bar : rencontre avec Renaud Seligmann, co-fondateur

04:01

Oseriez-vous parler à des inconnus facilement ?  Les agents de convivialités peuvent vous aider !

Leur rôle : répandre de la convivialité, briser des barrières entre les individus. Un nouveau métier créé par le Social Bar.

Faire de Paris la ville la plus conviviale du monde

C’est l’un des objectifs que se sont donnés les membres du Social Bar : faire de Paris la ville la plus conviviale du monde d’ici 2024. Pourquoi 2024 ? C’est l’année des Jeux olympiques ! La ville va brasser beaucoup de monde et probablement beaucoup de gens seuls.

Pour créer des amitiés ou plus, ils comptent former des milliers d’agents de convivialité, afin d’en compter autant que d’agents de sécurité, soit 40 000 lors des Jeux olympiques.

Devenir agent de convivialité ?

La première promotion de l’école de la convivialité a ouvert à la rentrée 2021. Créée par le Social Bar, cette formation vise à obtenir un BAC Pro accueil au bout d’un an en Validation des Acquis de l’Expérience.

La cible sont les décrocheurs scolaires qui pourraient trouver en ce nouveau métier ce lien social et festif.

Qu’est-ce que le Social Bar ?

À la tête du concept, Renaud Saligmann et David Rivoire qui décident, en 2016, d’ouvrir un laboratoire de convivialité pour favoriser le lien et la solidarité à l’extérieur mais aussi et surtout au sein de leurs établissements.

Aujourd’hui, il y a en a quatre en France : Paris, Saint-Ouen (Seine-Sainte-Denis), Strasbourg, et Dijon. Deux autres devraient ouvrir prochainement à Biarritz et Montpellier et le chiffre pourrait augmenter rapidement. D’ici 2024, il pourrait y avoir 25 Social Bar dans la métropole.