Cyclisme : le Tour de France, une compétition engagée

Le Tour de France, monument du cyclisme, s’engage pour la mobilité à vélo et pour l’écoresponsabilité. Découvrez la démarche RSE (responsabilité sociétale des entreprises) de cette compétition.

Podcast

Tour de France : compétition engagée

1 - Tour de France : compétition engagée

02:01

Tour de France : promouvoir la mobilité vélo

2 - Tour de France : promouvoir la mobilité vélo

02:52

Tour de France : une course écoresponsable

3 - Tour de France : une course écoresponsable

04:05

Connaissez-vous la démarche RSE ? La responsabilité sociétale des entreprises, également appelée responsabilité sociale des entreprises. Elle est définie par la Commission européenne comme étant la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable.

Une entreprise qui pratique la RSE va donc chercher à avoir un impact positif sur la société tout en étant économiquement viable.

Depuis plus de 10 ans, le Tour de France, compétition cycliste historique, s’engage autour d’un programme RSE bien précis.

L’avenir à vélo

Les deux grands points ? La mobilité vélo et l’écoresponsabilité. Le but ? Inciter au maximum tous ceux qui le peuvent à intégrer le vélo dans leur vie. Au-delà de ça, la démarche RSE du Tour de France s’engage pour un événement toujours aussi éco-responsable.

La compétition prend soin de veiller au respect de la nature et des paysages traversés. Tout est fait pour sensibiliser les spectateurs à l’écologie, tous les matériaux utilisés pour l’événement répondent ainsi aux codes du développement durable.

Jean-Baptiste Durier est directeur de la démarche RSE du Tour de France. Il fait découvrir toutes ces actions de l’ombre qui font de cette course un événement sportif engagé.