Clovis Cornillac : “C’est fabuleux de pouvoir inventer son monde”

Passé par les studios d’AirZen radio, il y a quelques semaines, Clovis Cornillac revient déjà pour nous parler de son nouveau film « Couleurs de l’incendie », en salles ce mercredi 9 novembre.

Podcast

Clovis Cornillac – “Couleurs de l’incendie”

1 - Clovis Cornillac – “Couleurs de l’incendie”

17:19

C’est un grand film populaire, comme ceux qui lui ont donné envie d’aller au cinéma. Pour son nouveau projet en tant que réalisateur, Clovis Cornillac adapte le livre éponyme de Pierre Lemaitre, second volet de la saga d’« Au revoir là-haut », adapté par Albert Dupontel quelques années avant.

Cette nouvelle réalisation ne s’inscrit pas dans un esprit de compétition. Faire un film, pour Clovis Cornillac, c’est s’emparer d’une histoire que l’on propose et l’obsession est de faire le mieux possible en racontant ce que l’on souhaite raconter. C’est ce qui lui permet de n’avoir peur de rien lorsqu’il travaille.

Mais que nous raconte ce long-métrage ? Un drame familial, des trahisons mais aussi et surtout l’abnégation d’une femme bien décidée à rétablir l’honneur de son nom.

Lors de la promotion du film, après avoir échangé avec un public comblé, Clovis Cornillac est revenu avec plaisir devant le micro d’AirZen radio pour évoquer ce film, le calendrier particulier, son désamour du téléphone et surtout sa passion du cinéma.

« Couleurs de l’incendie » est à découvrir dès ce mercredi au cinéma. Sans fausses notes, cette production aux décors magnifiques et au casting cinq étoiles rend hommage avec force à la littérature policière, trop souvent mal considérée selon le réalisateur.

« Couleurs de l’incendie », de Clovis Cornillac, avec Léa Drucker, Benoît Poelvoorde, Alice Isaaz. Durée : 2h16. En salles le 9 novembre.