Cet été, prenez le temps de vivre avec le tourisme fluvial

Les offres de croisières en péniche ou de navigation sur les canaux n’ont fait que s’étoffer ces dernières années. Une autre façon de partir en vacances, en se laissant bercer au fil de l’eau.

Podcast

Tourisme fluvial : une prise de conscience écologique 

1 - Tourisme fluvial : une prise de conscience écologique 

02:01

Tourisme fluvial : un entretien de tous les instants

2 - Tourisme fluvial : un entretien de tous les instants

04:14

Tourisme fluvial : en croisière ou en autonomie

3 - Tourisme fluvial : en croisière ou en autonomie

08:06

Ralentir, redécouvrir notre territoire autrement, c’est l’idée du tourisme fluvial, qui rassemble de plus en plus d’adeptes. Que ce soit en embarquant pour une croisière en péniche de plusieurs jours ou pour une balade à la journée, en passant par une location de bateau pour remonter les canaux, il y en a pour tous les goûts, mais avec chaque fois une même envie : prendre le temps, découvrir le patrimoine et les paysages, souffler, profiter de ce qui les entoure et de ceux qui les entourent. 

A N N O N C E

“L’eau est un formidable outil de développement touristique”, suggère Eric Gonzalez, directeur général de Gironde tourisme. “L’eau, c’est attractif, c’est attirant, et nous essayons au maximum de sensibiliser les opérateurs du tourisme fluvial à l’environnement, parce que la nature est magnifique et la biodiversité riche et variée, et il faut la préserver.”

Voyager dans le temps

À tel point qu’une forte prise de conscience s’est opérée ces dernières années. Des bornes électriques sont désormais automatiquement installées sur les pontons, de façon à ce que les péniches ne soient pas obligées de laisser tourner leurs moteurs pour faire fonctionner les équipements, frigos…

“Toutes les communes qui aménagent des quais aujourd’hui les équipent de bornes électriques, mais aussi de systèmes de récupération des déchets. Elles font en sorte, aujourd’hui, que cette activité soit la plus écoresponsable possible.” 

“L’eau, c’est attractif, c’est attirant, et nous essayons au maximum de sensibiliser les opérateurs du tourisme fluvial à l’environnement, parce que la nature est magnifique et la biodiversité riche et variée, et il faut la préserver”

Si la navigation n’est pas forcément aisée sur les fleuves pour les néophytes, surtout lors de certains passages, en fonction des coefficients et des marées, tout un chacun peut louer un bateau sans permis pour remonter les canaux, voire même un bateau habitable. Un mode de tourisme qui attire particulièrement une clientèle familiale.

“On peut descendre à l’écluse, partir à vélo avec les enfants et remonter sur le bateau plusieurs kilomètres plus loin”, imagine Eric Gonzalez. “Il faut être patient, parce que l’écluse prend du temps. En général, les gens font en sorte d’y être en début de matinée, ou fin de journée, pour se poser ensuite, et repartir le lendemain.”

Des étapes facilitées par une installation beaucoup plus importante de pontons, ou de réhabilitations, ces dernières années, pour rendre les haltes plus faciles, selon ses besoins et ses envies. Il reste même quelques éclusiers, notamment en Lot-et-Garonne, de quoi voyager dans le temps et rendre l’expérience encore plus inoubliable. 

L’ensemble des balades à la journée est référencé dans le site de Gironde Tourisme