Les Jardins d’Haïti, une maison à vivre pour vieillir autrement

À Marseille, Les Jardins d’Haïti veulent révolutionner les Ehpad et prônent le bien vieillir. À l’origine de cet établissement, l’histoire d’une famille. Explications.

Podcast

Les Jardins d’Haïti : une maison à vivre avant tout

1 - Les Jardins d’Haïti : une maison à vivre avant tout

02:00

Les Jardins d’Haïti : un lieu ouvert à tous

2 - Les Jardins d’Haïti : un lieu ouvert à tous

04:16

Les Jardins d’Haïti : une histoire de famille avant tout

3 - Les Jardins d’Haïti : une histoire de famille avant tout

07:52

En novembre dernier, en France, Uni Santé comptait 7 353 Ehpad répartis sur 95 départements. Au total, 595 982 lits étaient disponibles pour les 6,3 millions de Français âgées de plus de 75 ans (chiffres de l’Insee). Sur la totalité de ces structures, 44,5% sont des établissements publics, 31,5 des structures associatives et 24% sont des établissements privés.

Et c’est justement dans ces dernières catégories que se placent Les Jardins d’Haïti, un établissement pour personnes âgées qui s’est implanté en plein cœur de Marseille. À la base, cette maison à vivre, c’est une histoire de famille raconte Laurent Boucraut à la tête du lieu.

Tout a débuté en 1951, Suzanne Boucraut décide alors d’ouvrir une maison de retraite différente et bienveillante, un lieu qui ferait du bien aux personnes âgées. Quatre générations plus tard, rien n’a changé, ou presque.

L’inspiration de l’Australie

Depuis, un restaurant a ouvert ses portes au sein de la maison, un lieu ouvert à tous et pour tous. Une crèche a également été installée, une idée qui a longtemps germé dans l’esprit de Laurent Boucraut. Et le déclic, il l’a eu en 2015, lors d’un voyage à Sydney.

« J’avais vu un enfant passer au sein de la maison une fois, et j’avais vu pétiller les yeux d’une dame qui, de manière générale, était plutôt triste. Et je m’étais dit : c’est fou parce que ce que je viens de voir, c’est en même temps hyper logique et en même temps ça n’existe pas. Et puis, cette idée de crèche est restée au fond de moi comme ça quelque temps. J’ai eu la chance de vivre un an en Australie en 2015, ma femme travaillait alors dans un hôpital pour enfants, et c’est là que j’ai eu la révélation. Là-bas, c’est clairement ce qui se passe déjà. Dans son hôpital, il y avait déjà une crèche, un MacDo, une salle de sport, des boutiques… Et moi, j’allais très souvent manger là-bas alors qu’à Marseille je vais jamais voir ma femme à l’hôpital. » Tout est donc parti de là.

Pour plus d’informations sur Les Jardins d’Haïti, vous pouvez vous rendre sur le site internet de l’association et sur la page Facebook.

Pour aller plus loin > Bouches-du-Rhône : Les Jardins d’Haïti, l’Ehpad nouvelle génération