La mode thérapie : redonner l’estime d’eux-mêmes aux patients

En 2019, Laetitia Devaux, photographe professionnelle à Dole, dans le Jura, a fait breveter son concept qui allie photographie et thérapie par l’image. Elle a déjà réalisé deux séries de photos.

Podcast

L’importance du projet de mode thérapie pour Laetitia Devaux

1 - L’importance du projet de mode thérapie pour Laetitia Devaux

02:08

La mode thérapie, un concept avec un protocole bien établi

2 - La mode thérapie, un concept avec un protocole bien établi

04:21

La mode thérapie : redonner l’estime d’eux-mêmes aux patients

3 - La mode thérapie : redonner l’estime d’eux-mêmes aux patients

08:13

Redonner confiance, valoriser l’image que l’on a de soi, sont les raisons pour lesquelles Laetitia Devaux a mis au point la mode thérapie, un concept qu’elle a fait breveter en 2019.

« C’est la même composition que la thérapie par l’objectif, la photothérapie. Excepté que, là, on utilise des techniques de photographie professionnelle à grande échelle au service de la santé », explique la photographe à Dole, dans le Jura, et gérante de D-Click Studio.

La thérapie par l’image

Son idée a émergé à la suite d’un constat : « Moi, j’ai été mannequin pendant huit ans, et je trouvais injuste que les photos d’images publicitaires ne soient pas accessibles à tout le monde. Je me suis dit : « Et si cette technique devenait thérapeutique ». » Aujourd’hui, La mode thérapie s’adresse uniquement aux patients et usagers des services hospitaliers et médicaux.

En mode thérapie, tout un protocole est mis en place. Tout d’abord, un cahier des charges est élaboré en quelques semaines avec le service concerné. Ensuite, une équipe est constituée : une socio-esthéticienne, un coiffeur, une graphiste, un assistant photographe et une psychologue. D’ailleurs, celui-ci devient le directeur de casting. Il définit qui a besoin de participer à ce projet à des fins thérapeutiques. C’est un travail en équipe.

Dévoiler les personnalités

Le jour du shooting photo, la photographe découvre ses modèles en herbes. Après quelques échanges pour faire connaissance, place à la séance qui dure trente minutes. « Je n’essaie pas transformer les patients, ni de les lisser comme dans les magazines, déclare-t-elle. Je veux que l’on voie ces personnes telles qu’elles sont réellement, au-delà du handicap. »

Chaque projet se termine avec une exposition. Le but est de sensibiliser le public, d’inspirer d’autres patients. Laetitia a déjà réalisé une série de photos avec des jeunes patients du centre de génétique du CHU de Dijon, puis avec APF France Handicap. « Finalement, pour moi, la mode thérapie, c’est l’impossible qui devient totalement possible pour ces personnes. Je souhaite illuminer une partie de leur journée et une source d’espoir », déclare-t-elle.

Pour en savoir plus sur la mode thérapie, Laetitia Devaux a publié un livre en autoédition : « Mode Thérapie – De patients à artiste ».