Association : une nouvelle vie pour les chiens de laboratoire

Depuis la création de La Maison des Beagles libres, il y a 2 ans en Bourgogne, plus de 150 beagles ont été adoptés après avoir passé la première partie de leur vie à servir la recherche scientifique.

Podcast

La Maison des Beagles libres : une nouvelle vie pour les chiens de laboratoires

1 - La Maison des Beagles libres : une nouvelle vie pour les chiens de laboratoires

02:10

La Maison des Beagles libres : le rêve de Virginia

2 - La Maison des Beagles libres : le rêve de Virginia

04:17

Des animaux craintifs à qui il faut redonner confiance

3 - Des animaux craintifs à qui il faut redonner confiance

04:18

C’est un rêve un peu fou, mais auquel elle a toujours cru. Dans les années 1990, lorsque Virginia adopte son premier Beagle, elle découvre que cette race est l’une des plus prisées pour l’expérimentation scientifique dans les laboratoires.

Encore aujourd’hui, plusieurs millions de ces chiens sont utilisés comme cobayes à travers le monde pour tester des médicaments.

A N N O N C E

Virginia se fait alors une promesse : un jour, elle viendra en aide à ces petits animaux qu’elle aime tant. L’idée germe dans son esprit pendant des dizaines d’années et émerge finalement 30 ans plus tard : la Maison des Beagles Libres est née.

En liberté

Installée à Vézelay, dans le département de l’Yonne, elle accueille depuis 2 ans les Beagles dont les laboratoires acceptent de se séparer. « L’objectif est de leur réapprendre à avoir confiance en l’humain, explique Virginia. La plupart sont très craintifs. Au moindre bruit, ils sursautent et partent en courant. Il faut tout leur réapprendre car ils ne connaissent rien à la vie en liberté. À leur arrivée, certains n’osent même pas sortir de leur caisse de transport. » 

Ici, pas de cage, les chiens vivent en liberté dans une vraie maison comme s’ils étaient dans un foyer classique. « J’en accueille à chaque fois neuf ou dix maximum. Je vis avec eux, et une fois qu’ils sont prêts, des familles peuvent venir leur rendre visite pour les adopter. »

Depuis deux ans, Virginia a ainsi permis à plus de 150 beagles de trouver une famille.