Bains de gongs : les sons peuvent nous aider à exprimer nos émotions

Richard Cassonet est hypnothérapeute, énergéticien, praticien en chi qong, en yoga, en PNL, en EDMR. Il travaille particulièrement le son dans ses thérapies.

Podcast

Bains de gongs : une pluridisciplinarité

1 - Bains de gongs : une pluridisciplinarité

02:10

Bains de gongs : un parcours initiatique

2 - Bains de gongs : un parcours initiatique

04:06

Bains de gongs : le son déclenche des émotions

3 - Bains de gongs : le son déclenche des émotions

04:11

Richard Cassonet n’était pourtant pas prédestiné à soigner. Il réalise la majeure partie de sa carrière dans le monde de la publicité, du marketing. Alors, comment passe-t-on de la pub, où on conditionne les gens à consommer, à l’opposé, à s’en libérer ? Tout d’abord, grâce aux voyages à travers le monde, depuis son plus jeune âge, lors desquels il rencontre de nombreux chamanes, que ce soit en Afrique ou en Amazonie, des moines au Tibet, même si, dans un premier temps, le but recherché est de rassasier sa soif de connaissances et sa curiosité.

Peu avant ses 50 ans, cinq de ses meilleurs amis décèdent en trois mois seulement. Là, c’est la prise de conscience : “Je me suis dit : le prochain ça sera moi”, se rappelle Richard Cassonet. Peu de temps après, le thérapeute bénéficie d’un massage énergétique prodigué par une amie, alors qu’il s’apprête à subir une opération chirurgicale qu’il redoute.

Surmonter les blocages

Et là, c’est la révélation, une découverte. “J’ai voulu comprendre. Alors, je suis parti au Japon apprendre le reiki, le comprendre et me l’approprier complètement. Je me suis rendu compte que je pouvais aider les gens. J’ai appris l’hypnose, l’EMDR…” Enrichies d’autres techniques suivant les demandes des clients.

“Ça nous rappelle inconsciemment des choses rattachées à notre cerveau reptilien, c’est dans notre ADN”

Si Richard Cassonet travaille beaucoup en lien avec la nature, à travers la silvothérapie, l’encrage, il met en place des stratégies de soin avec de nombreux outils qui viennent accompagner ces méthodes : les gongs, les bols de cristal, les bols tibétains, les diapasons, le chant, les mantras, “tout ce qui est vibrations qui vont sortir de notre corps à travers les chants, qui vont faire vivre notre cage thoracique ; et les sons qui vont aussi, en écho, revenir. Le son des gongs, c’est surtout le son de terre, le fameux “Om” qu’on retrouve dans le yoga, ça nous rappelle inconsciemment des choses rattachées à notre cerveau reptilien, c’est dans notre ADN”, explique le professionnel.

Certaines personnes viennent consulter en hypnose pour des phobies ou pour arrêter de fumer. Mais certaines, “qui sont très bloquées, ne vont pas réagir à l’hypnose, c’est pour ça que je me sers du gong pour atteindre des états de conscience modifiée. Comme l’hypnose, mais par un moyen beaucoup plus simple. Et lorsque l’inconscient est ouvert, on peut arrêter de fumer, on arrive à sortir les phobies.”

Des sons qui nettoient

Les bains de gong vont nettoyer toutes les cellules du corps, les mauvaises paroles, le stress, les agressions, les mauvaises pensées et paroles que l’on reçoit, qui stagnent dans le ventre. Et là, chacun va réagir différemment : “Certaines personnes vont faire des rêves, d’autres des voyages, parfois des transes, lesquelles sont des états très intéressants pour soigner. On fait partager ensuite ce que l’on a vécu, ressenti.”

A N N O N C E

Les bains de gongs sont organisés à chaque pleine Lune, “car la Lune a une incidence sur l’eau, les marées, et notre corps est fait à 70% d’eau donc on est beaucoup plus réceptif à ce moment-là”. Richard Cassonnet propose aussi des sessions plus calmes, plus douces, sortes de massages sonores, qui vont permettre aux gens de se détendre, une forme de bien-être qui va être plus soft, cette fois lors de la Lune montante, signifiant le renouveau, la renaissance.

Il est aussi possible de travailler avec le cristal. “Le cristal a un rapport avec la mémoire, ce qu’on retrouve dans les ordinateurs, les téléphones. Et là aussi, ces mémoires que l’on a en nous, dans nos cellules, vont réagir. Quand on joue avec une personne, le cristal va prendre la mémoire de cette personne. Il y a des fréquences qui vont la faire réagir.”