Myriam est directrice d’une crèche écoresponsable

Pour Myriam, le mieux-agir est bien plus qu’une valeur, c’est une façon d’être. Elle sensibilise les touts-petits, mais aussi leurs parents, à l’environnement, dans la crèche dont elle s’occupe.

Podcast

Myriam parle de la gestion des émotions à la crèche

1 - Myriam parle de la gestion des émotions à la crèche

02:18

Les premiers jours à la crèche

2 - Les premiers jours à la crèche

04:04

Rencontre avec Myriam, directrice d’une crèche engagée

3 - Rencontre avec Myriam, directrice d’une crèche engagée

08:15

Myriam me reçoit autour d’un café. L’ambiance est paisible, les enfants sont à la sieste. Il a plu ce jour-là, en Ile-de-France, elle me propose de mettre des sur-chaussures et je suis surprise de constater qu’elles sont en tissu. Je comprends que je ne suis pas au bout de mes surprises avec elle et j’ai hâte de continuer à la découvrir.

« On travaille beaucoup sur tout ce que l’on peut faire et mettre en œuvre pour le mieux-agir. On fait également nous-mêmes notre lessive et nos produits d’entretien. Il n’y a plus de produits chimiques. Pour l’alimentation, pareil, nous essayons de faire attention. Nous avons choisi un prestataire qui privilégie les produits de saison et bio », explique Myriam très humblement.

Des journées sans jouet

Elle organise aussi des journées sans jouet : « On range tout ce qui est jeux ou jouets du commerce. Les enfants passent une journée entière à s’activer avec des objets recyclés ou détournés que les parents auront emmenés. »

Lorsque nous commençons à parler de l’accueil des émotions des tout-petits, je découvre que Myriam et son équipe utilisent la communication gestuelle associée à la parole.

Bébés - Garçon et fille
JPC-PROD/AdobeStock

C’est une méthode inspirée de la langue des signes. L’idée est de pouvoir signer des moments clefs de la vie de l’enfant, ou des émotions, des besoins.

« On a, par exemple, un signe pour dire colère. Les enfants vont associer le signe à un mot, ce qui évite la frustration car l’enfant pourra signer ce qu’il ressent », raconte Myriam.

Pour elle, il est important que les parents puissent aller travailler sereinement. La relation de confiance que tisse l’équipe éducative de la crèche est essentielle et contribue au bien-être de l’enfant.

Elle conclut en disant : « On essaye de participer à ce que ces enfants deviennent des belles personnes et des adultes responsables aussi. »