Rencontre avec le seul Français de l’assemblée citoyenne mondiale pour le climat

Il s’appelle Davy Marchand-Maillet, il est ingénieur et il était le seul Français à siéger parmi les 100 membres de la Global Assembly qui s’est tenue d’octobre à décembre dernier.

Podcast

Rencontre avec le seul Français de l’assemblée citoyenne mondiale pour le climat

1 - Rencontre avec le seul Français de l’assemblée citoyenne mondiale pour le climat

02:20

Global Assembly, le dérèglement climatique vu de la ville

2 - Global Assembly, le dérèglement climatique vu de la ville

04:15

Global assembly, comment ça marche

3 - Global assembly, comment ça marche

08:28

Des Américains, des Européens, des Indiens, des Africains, des Asiatiques,100 hommes et femmes se sont donné rendez-vous plusieurs fois par semaine pendant trois mois pour la Global Assembly, première assemblée citoyenne mondiale sur le climat. Leur objectif était de répondre à cette question : comment l’humanité peut-elle gérer la crise climatique et environnementale de façon efficace et équitable ? De la veille de la COP26 de Glasgow au 18 décembre, les réunions se sont succédé pour aboutir à une déclaration commune qui contient sept points.

>>>Inscrivez-vous à notre newsletter 100 % positive 

L’expérience sera renouvelée et étendue, puisque ce sont de 300 à 400 participants qui devraient participer à la prochaine édition. D’ici-là, Davy et ses collègues continueront de travailler ensemble.

Voici la traduction de la Déclaration populaire pour l'avenir durable de la planète Terre dont vous pouvez retrouver la version originale ici :

  1. L'Accord de Paris est la meilleure chance de l'humanité ; elle doit être affirmée et appliquée par tous les gouvernements et peuples, et rigoureusement contrôlée en collaboration avec les citoyens et les mécanismes de base.
  2. L'équité doit être au cœur de la réalisation des objectifs de l'Accord de Paris ; répartir la responsabilité en fonction des capacités et des contributions historiques des pays et des entreprises est vital.
  3. Les actions sur la crise climatique doivent être participatives, permettant aux personnes à tous les niveaux de contribuer aux décisions sur le climat, en particulier les groupes des pays les moins responsables historiquement et les plus touchés par la crise climatique.
  4. Le droit à un environnement propre, sain et durable doit être inclus dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et protégé à plusieurs niveaux de droit ; nous devrions sensibiliser et engager les citoyens sur les droits de l'homme en relation avec le climat et l'environnement.
  5. Cette Déclaration est fondée sur l'importance que la nature ait des valeurs et des droits intrinsèques, et que tous les êtres sur Terre forment un tout interconnecté ; nous devons protéger légalement la nature de l'écocide, en engageant les communautés et en établissant plusieurs organes directeurs pour permettre cela.
  6. L'éducation au changement climatique doit être formellement intégrée, dans le programme scolaire et dans les communications gouvernementales, et également diffusée de manière informelle via des plateformes plus accessibles, comme les médias sociaux, pour toucher le plus grand nombre.
  7.  Pour assurer une transition énergétique juste, nous devons veiller à ce que les pays et les personnes les plus démunis soient accompagnés dans un changement progressif et reconnaître la responsabilité partagée entre les citoyens, les gouvernements et les entreprises pour le permettre.

>>>Téléchargez l'application d'AirZen Radio