Le Jellyfishbot, un robot autonome qui dépollue les eaux

Ce robot dépollueur des mers a déjà séduit plusieurs ports en France. Le Jellyfishbot permet de nettoyer en toute autonomie des zones difficiles d’accès en mer et dans les plans d’eau.

Podcast

Un robot dépollue les eaux en toute autonomie

1 - Un robot dépollue les eaux en toute autonomie

01:51

Le Jellyfishbot, robot dépollueur des eaux

2 - Le Jellyfishbot, robot dépollueur des eaux

04:13

Un robot dépollueur pour sensibiliser à la pollution marine

3 - Un robot dépollueur pour sensibiliser à la pollution marine

04:03

L’été dernier, la start-up provençal Iadys a levé plus de 1,5 million d’euros pour accélérer son développement. Des fonds qui permettront à cette société, basée à Roquefort-la-Bédoule, dans les Bouches-du-Rhône, de continuer à travailler sur sa création : le Jellyfishbot, un robot dépollueur des eaux.

Très compact, il permet de collecter les déchets flottants situés dans des endroits difficiles d’accès, comme entre les bateaux dans les ports ou sous les pontons, ou dans des chantiers navals. Un nettoyage en toute sécurité, opéré à distance ou en parfaite autonomie.

robot jellyfishbot
iadys

Équipé d’un sonar, il peut mesurer la profondeur de l’eau jusqu’à 10 mètres. Un robot qui a conquis plusieurs ports français comme à Marseille, à Cannes, Saint-Tropez ou encore Ajaccio.

Le grand port maritime du Havre et les chantiers navals de Saint-Nazaire se sont également équipés. À l’étranger, des ports asiatiques et américains se penchent également sur ce bateau-méduse conçu par Nicolas Carlési, en 2019, après un doctorat en robotique sous-marine. Le robot est fabriqué en France.