Des duos réfugié-salarié pour faciliter l’insertion professionnelle

Depuis 2016, l’association Kodiko vise à faciliter l’insertion professionnelle des personnes réfugiées. Le principe : les mettre en duo avec un salarié pour comprendre les codes de l’entreprise.

Podcast

Portrait d’engagés : Maureen Jacovella, chez Kodiko

1 - Portrait d’engagés : Maureen Jacovella, chez Kodiko

01:55

Association : comment fonctionne Kodiko ?

2 - Association : comment fonctionne Kodiko ?

03:57

Kodiko : derrière les portes de l’association

3 - Kodiko : derrière les portes de l’association

08:10

Quoi de mieux pour comprendre les codes des entreprises françaises que de s’y rendre ? Dans le 10e arrondissement de Paris, l’antenne francilienne de Kodiko opte pour le partage de connaissance en binôme.

Depuis 2016, l’association favorise la ré-insertion professionnelle en accueillant des personnes réfugiées. Ainsi, elle les forme aux codes de l’entreprise par le biais de duos réfugié-salarié. Fortes de ses entreprises partenaires, les binômes nécessitent de la préparation, un suivi et du coaching. « Les retours qu’on a souvent c’est qu’on est très organisé à Kodiko. C’est pour cela que ça marche », explique Maureen Jacovella, responsable du pôle IDF de Kodiko.

Mise en binôme Mamadou. Photo Anne-Cécile Estève

Un programme de 6 mois qui les invite à se rendre sur le lieu de travail de leur binôme mais aussi travailler sur leur curriculum vitae, lettre de motivation et les entretiens d’embauches. « Depuis plus de 2 ans, en Île-de-France, nous avons plus de 70% de sortie positive », explique la responsable.

Apprendre les codes pour éviter les surprises

Ce jour-là, justement, l’association d’aide à l’insertion professionnelle donne rendez-vous à une dizaine de réfugiés pour un atelier « préparation à l’entretien d’embauche ». Il faut faire le point sur sa posture, le discours à adopter et des questions plus cocasses pour : « Je ne savais pas qu’on me demanderait mes qualités et mes défauts. Il faut aussi parler de soi. La préparation est précieuse et m’évite quelques surprises », confie Aminata. Pour Minata, le plus compliqué reste de vaincre sa timidité. Les simulations d’entretien lui permettent d’être plus à l’aise. Les deux femmes aimeraient trouver un emploi dans la santé en devenant aides-soignantes. Motivées et optimistes, elles croient en leur projet et arriveront plus confiantes à leur prochain entretien.

Kodiko permet aussi de créer du lien pour Merwann. Ces 6 mois lsont l’occasion pour lui de ne plus être seul, d’être soutenu dans ses projets et de rencontrer de nouvelles personnes. Titulaire d’un CDI dans la logistique, il cherche pourtant à se rapprocher de son domaine de compétences pour lequel il a les diplômes : l’assurance.