Agriculture : pourquoi Edouard a fait le choix du bio

Edouard Rousseau est agriculteur en Charente-Maritime. Il a fait le choix du bio pour donner du sens à son métier et pour nourrir sainement la population, en accord avec ses valeurs.  

Podcast

Agriculture : pourquoi Edouard a fait le choix du bio

1 - Agriculture : pourquoi Edouard a fait le choix du bio

02:05

Edouard, agriculteur : « Je ne regrette pas d’être passé au bio »

2 - Edouard, agriculteur : « Je ne regrette pas d’être passé au bio »

02:28

Les conseils d’un agriculteur pour passer du chimique au bio

3 - Les conseils d’un agriculteur pour passer du chimique au bio

04:30

Une ferme biologique, à quoi ça ressemble ?

4 - Une ferme biologique, à quoi ça ressemble ?

04:21

Il y a 25 ans, Edouard Rousseau a repris l’exploitation agricole de son père en bio. « J’avais envie de donner du sens à mon travail et de me tourner vers une agriculture à la fois intéressante et saine pour moi et pour celles et ceux que je nourris », explique-t-il.

Le regrette-t-il ? « Absolument pas », répond-il catégorique. Cette méthode de travail, bien qu’exigeante, chronophage et coûteuse lorsqu’on travaille habituellement en agriculture chimique, en vaut la chandelle selon l’exploitant.

« Nous utilisons des méthodes naturelles et nous répondons à une demande de la société qui veut consommer des produits sains et respectueux de la nature », raconte-t-il.

L’agriculteur a donc privilégié une méthode proche des cycles naturels, indispensable selon lui en agriculture biologique. « On va respecter les sols puisque tout part de là. C’est un peu comme l’estomac, si votre flore intestinale n’est pas bonne, vous avez mal », compare-t-il.

Aujourd’hui, Edouard produit, près de Surgères, une large gamme de grains pour l’alimentation humaine : petit épeautre, seigles anciens, blés de pays, lentilles, haricots, pois chiches ou encore tournesol. La ferme, basée en Charente-Maritime, propose aussi des farines, des pains au levain, des haricots conditionnés en vente directe.