57 Facettes, marque de joaillerie éthique et écoresponsable

Derrière cette marque, il y a Fanny, artisane joaillière et créatrice de bijoux sur mesure. Elle travaille les pierres précieuses et de l’or équitable, dans son atelier installé à Ambarès-et-Lagrave, en Gironde.

Podcast

57 Facettes, une marque de joaillerie engagée

1 - 57 Facettes, une marque de joaillerie engagée

08:41

Fanny, créatrice de 57 Facettes et passionnée de joaillerie

2 - Fanny, créatrice de 57 Facettes et passionnée de joaillerie

04:26

La philosophie de 57 Facettes, une marque de joaillerie éthique

3 - La philosophie de 57 Facettes, une marque de joaillerie éthique

02:14

C’est en 2016 que Fanny lance sa marque 57 Facettes. Cette artisane-joaillière crée depuis son atelier à Ambarès-et-Lagrave, en Gironde, des bijoux sur mesure pour les femmes et les hommes. Le choix du nom de sa marque est lié « au nombre de facettes que possèdent un diamant d’un carat, explique la créatrice. Mais aussi par rapport au nombre d’opportunités que l’on peut créer pour offrir un bijou parce que je fais de la transformation de bijou. »

Fanny Bessonnet

Fanny crée ses bijoux de manière artisanale, elle perce, lime, fond, martèle. « Je crée des collections pour les bagues, bracelets, colliers de dos… et je recycle aussi les vieux bijoux de famille. Si vous voulez les revaloriser, restaurer, transformer, pour en faire un bijou qui vous ressemble. »

Une joaillière engagée

Son approche plus éthique et écoresponsable est venue avec le temps : « C’est une idée qui me trottait dans la tête depuis le début. Il est vrai que de fabriquer avec de l’or et des pierres précieuses, tout me disant que le monde est inégal dans les valeurs humaines, ça m’a toujours pris aux tripes. J’ai connu une marque qui avait cet engagement. Je me suis donc renseignée et, en 2019, j’ai décidé de m’engager auprès de l’alliance et du label Fairmined. »

Fanny Bessonnet

Cette certification « permet une traçabilité de l’or, qui vient du Pérou, de l’extraction jusqu’à la fabrication du bijou, explique Fanny. Ce sont des mines qui ne souillent pas non plus en masse les sous-sols de la terre. Les hommes et les femmes y travaillent dans des conditions saines et sont payés. Les enfants vont à l’école. Il y a un soutien au niveau de l’économie locale. »