Une année 2022 record pour le ZooParc de Beauval

La barre des 2 millions d’entrées devrait être pour la première fois battue d’ici la fin de l’année. De nombreuses nouveautés vont aussi arriver en 2023.

Podcast

Plus de 2 millions de visiteurs pour le ZooParc de Beauval

1 - Plus de 2 millions de visiteurs pour le ZooParc de Beauval

01:54

Entretien avec Rodolphe Delord, directeur du ZooParc de Beauval

2 - Entretien avec Rodolphe Delord, directeur du ZooParc de Beauval

04:00

Les nouveautés du ZooParc de Beauval en 2023

3 - Les nouveautés du ZooParc de Beauval en 2023

04:00

Après deux années compliquées à cause de la crise sanitaire, les parcs zoologiques français retrouvent le sourire. C’est même une année record qui s’annonce pour l’un des plus importants d’entre eux, situé dans le Loir-et-Cher.

Le ZooParc de Beauval apparaît dans le Top 5 des plus beaux zoos du monde, c’est le premier parc français. Pour la première fois, il s’apprête à dépasser la barre des 2 millions de visiteurs, pour le plus grand bonheur de son directeur : « C’est une très bonne nouvelle. La saison estivale a été particulièrement forte, nous avons été l’un des sites les plus visités en France », explique Rodolphe Delord.

De nombreux projets pour 2023

« Je crois qu’après deux ans de pandémie les Français ont besoin de se retrouver en famille dans des lieux de plein air comme Beauval. Nous sommes devenus une destination à part entière », se réjouit-il.

Un succès qui se construit depuis plus de 40 ans. Beauval compte plus de 35 000 animaux répartis sur 44 hectares. Et il y a parmi eux des stars : les pandas géants. Les parents, prêtés par la Chine depuis 2012, ont eu troi petits (dont deux jumelles qui ont fêté leur 1 an au mois d’août dernier). Beauval est le seul parc en France où l’on peut d’ailleurs observer cette espèce.

Le ZooParc cherche aussi sans cesse à se renouveler. 2023 sera ainsi une année riche en nouveautés avec notamment l’ouverture, au printemps, de la plus grande volière d’Europe, d’un cinquième hôtel et d’un centre de soins pour la faune locale. Cela représente 50 millions d’euros d’investissement sur deux ans.