The Inklink : la sensibilisation à travers la bande dessinée 

Après avoir travaillé avec plusieurs organisations, Laure Garancher souhaite aujourd’hui illustrer les problèmes sociétaux à travers la BD pour sensibiliser les populations locales.

Podcast

Illustrer en BD pour mieux prendre soin de la santé mentale

1 - Illustrer en BD pour mieux prendre soin de la santé mentale

01:46

Inklink, une asso de dessinateurs de BD engagée

2 - Inklink, une asso de dessinateurs de BD engagée

04:07

The Inklink, qu’est-ce que c’est ?

3 - The Inklink, qu’est-ce que c’est ?

04:07

Les dangers de l’alcool, la santé mentale ou encore la dépression post-partum chez les pères… Beaucoup de ces thématiques sont pour certains difficiles d’accès. Pour résoudre ces problèmes, Laure Garancher, après des études d’agronomie et d’anthropologie, a cofondé l’association de dessinateurs de bande dessinée The Inklink.

page d’accueil du site de l’association
Laure Garancher/The Inklink

“C’est assez courant d’entendre que les images sont un langage universel mais pas tant que ça finalement. Je prends l’exemple de la campagne de sensibilisation aux dangers de l’alcool que l’Organisation Mondiale de la Santé avait effectué auprès de populations d’Amazonie. Le but était d’illustrer les causes et les dangers. Pour cela, elle a utilisé une image d’un verre à pied avec du vin rouge. Le problème est que même si l’alcoolisme est un fléau dans ces parties du monde, ce sont des peuples qui boivent mais pas du vin rouge et encore moins dans des verres à pied ! À travers la bande dessinée, par contre, les images sont plus parlantes parce qu’on utilise un imaginaire plus adapté et donc qui va sensibiliser”, explique Laure Garancher. 

Actuellement, cette dernière travaille sur différents projets dans le monde mais aussi en France. “Nous souhaitons sensibiliser les personnes venant de loin, qui ont vécu des choses parfois traumatisantes, sur l’importance de la santé mentale. Après avoir mené une étude en rencontrant des jeunes pères, nous allons également sensibiliser à la dépression post-partum auprès des papas”, indique la cofondatrice de the Inklink.