Stein van Oosteren, militant optimiste d’une France cyclable

Franco-Néerlandais, Stein van Oosteren milite pour la création d’une société cyclable qu’il croit possible à condition que les citoyens se mobilisent et que les politiques suivent.

Podcast

Les avantages d’une société cyclable

1 - Les avantages d’une société cyclable

03:51

Quand le Paradis du vélo a fait sa révolution

2 - Quand le Paradis du vélo a fait sa révolution

04:01

Un réseau cyclable par étapes en Ile-de-France

3 - Un réseau cyclable par étapes en Ile-de-France

02:01

C’est en France qu’il est devenu militant pour le vélo. Franco-Néerlandais, Stein van Oosteren, qui a suivi une formation de psychologue et de philosophe avant de devenir attaché diplomatique, est aussi le porte-parole du Collectif Vélo Ile-de-France qui rassemble une quarantaine d’associations et a pour objectif de faire de l’Ile-de-France une région cyclable.

Les Pays-Bas ont fait leur révolution 

S’il est originaire du « Paradis du vélo », Stein van Oosteren le rappelle : ce n’est pas une question de culture. « Dans les années 1970, les PaysBas étaient un pays du tout-voiture comme la France. Puis, il y a eu un ras-le-bol de l’insécurité routière. Une petite fille est décédée dans un accident de vélo et son père journaliste a lancé une mobilisation pour créer une société cyclable. Dans la foulée, le choc pétrolier a mis les voitures à l’arrêt. Le vélo a été vu comme une solution. La clé, c’est une mobilisation citoyenne suivie par les politiques », assure Stein van Oosteren. 

Des avantages à se mettre en selle

Lui ne voit que des avantages à la mise en place d’une société cyclable. « Le vélo, c’est ce mode de transport qui permet de faire beaucoup de distance de façon très efficace et discrète. Nous allons y arriver », lance-t-il optimiste. « C’est particulièrement important pour les enfants. Le vélo est une école extraordinaire d’autonomie et des libertés. »

Stein van Oosteren est l’auteur de Pourquoi par le vélo ? Envie d’une France cyclable. Livre publié en mai 2021 aux éditions Ecosociété.