Solidarité : cette asso-boutique redistribue les vêtements invendus

Dans l’Oise, José Manço récupère des dons de vêtements invendus ou défectueux, les reconditionne et les donne aux familles dans le besoin. Explications de ce projet bâti sur solidarité.

Podcast

Les Fringues Store Associatif, qu’est-ce que c’est ?

1 - Les Fringues Store Associatif, qu’est-ce que c’est ?

02:14

Les Fringues Store Associatif : aider, insérer, upcycler

2 - Les Fringues Store Associatif : aider, insérer, upcycler

04:08

Les Fringues Store Associatif : naissance du projet

3 - Les Fringues Store Associatif : naissance du projet

08:08

Selon le ministère de la Transition écologique, entre 10 et 20 000 tonnes de produits textiles neufs sont détruits chaque année en France. L’équivalent du poids d’une à deux tours Eiffel. Pour tenter de réduire un peu ce gâchis, un couple – José et Josette Manço – a donc décidé d’ouvrir en septembre 2022 un lieu de solidarité insolite, dans l’Oise. Son nom ? Les Fringues Store Associatif.

À la base, il s’agit d’une association. Cette dernière s’est depuis transformée en boutique. Un vrai magasin implanté à Creil, avec les mêmes codes. Pourtant, ici, tout est gratuit. Le lieu s’adresse en effet aux familles monoparentales qui ont des enfants âgés de 0 à 12 ans, vivant dans les quartiers prioritaires de la ville et bénéficiant des minima sociaux. « Ici, tout est gratuit confirme José Manço. Les vêtements, les chaussures, mais aussi le matériel scolaire ou encore les produits d’hygiène. Pendant un an, on donne aux familles tout le nécessaire pour que les enfants puissent bien vivre ».

Le concept est simple. Pour la partie magasin, José récupère des vêtements invendus ou défectueux donnés par de grandes enseignes. Après avoir reconditionné les vêtements, ces derniers sont ensuite donnés aux familles dans le besoin. Le crédo de José ? Aider, insérer et upcycler.

Mais la solidarité passe aussi par la recréation de lien social. Pour ça, l’association propose aussi aux familles des activités une fois par mois : de la couture, de la broderie, des ateliers dessin ou encore origamis. Cela rentre aussi dans l’idée d’upcycler les objets. L’insertion, enfin, est l’un des points forts de la structure. Car l’association et la boutique permettent à des jeunes éloignés de l’école ou exclus de l’emploi de reprendre pied et d’apprendre une activité, un vrai métier.