Podcast : dans FILantropio, Charlène Petit parle de philanthropie

Cette Française qui réside au Québec depuis plus de 8 ans a commencé à traiter de ce sujet pour le démystifier et le démocratiser.

Podcast

Bientôt le « Dictionnaire amoureux de la philanthropie » ?

1 - Bientôt le « Dictionnaire amoureux de la philanthropie » ?

02:04

Les origines du podcast FILantropio de Charlène Petit

2 - Les origines du podcast FILantropio de Charlène Petit

04:31

FILantropio, le podcast de Charlène Petit

3 - FILantropio, le podcast de Charlène Petit

07:56

C’est en 2019 que Charlène Petit lance son podcast FILantropio pour parler philanthropie avec ses invités francophones. Cette Française, qui réside à Montréal depuis plus de huit ans, a d’ailleurs un certificat en gestion philanthropique.

Mais alors, qu’est-ce que la philanthropie ? « Par définition, c’est l’amour de l’humanité, explique Charlène Petit. Mais c’est réducteur, parce que la philanthropie est souvent associée aux puissants. Moi, ce qui m’intéresse à travers mon podcast, c’est démystifier, démocratiser ce qu’est la philanthropie et l’acte du don. »

Pas que des chèques

Le message que souhaite faire passer l’autrice du podcast FILantropio c’est que « beaucoup de personnes ne s’estiment pas philanthropes ou mécènes, alors qu’en réalité on est tous des philanthropes en puissance. On est capable de donner de l’agent, des compétences, du temps. Ce n’est pas un prérequis de devoir faire un chèque avec une suite de zéro pour s’estimer être philanthrope. Il n’y a pas de petit don ».

Quant aux choix de ses invités : « Je m’attache à recevoir des personnes qui ont peu de visibilité médiatique, voire pas du tout. Ce qui m’intéresse, c’est de donner la parole aux projets ou aux parcours invisibles qui méritent d’être connus. Autant que le partage d’expériences ou d’initiatives qui peuvent être reproduites ailleurs à l’échelle nationale ou internationale. »

Pour la suite, Charlène Petit fait un appel du pied aux éditions Plon qui ont lancé la collection « Dictionnaire amoureux » pour l’adapter à la philanthropie.