Moniteur de ski : savoir s’adapter à la montagne et à ses élèves

Le métier de moniteur de ski est engageant à plus d’un titre. En plus de connaître les contraintes de la montagne, le moniteur de ski doit donner l’envie aux particuliers de skier.

Podcast

Le plaisir de la glisse vu par les skieurs

1 - Le plaisir de la glisse vu par les skieurs

02:05

Moniteur de ski : faire progresser les skieurs selon leurs niveaux

2 - Moniteur de ski : faire progresser les skieurs selon leurs niveaux

04:03

Patience et adaptabilité, les qualités d’un moniteur de ski

3 - Patience et adaptabilité, les qualités d’un moniteur de ski

03:58

Dans toutes les stations de ski françaises, des moniteurs et monitrices de ski travaillent sept jours sur sept pour apprendre le ski à des débutants ou perfectionner les compétences sportives de certains skieurs.

Il existe plusieurs écoles de ski comme Oxygène ou encore l’École du ski français – l’ESF – qui est présente partout en France avec plus de 1 700 moniteurs, tous habillés en rouge.

À l’ESF, ces moniteurs partagent la même méthode d’enseignement avec, à la clef, les mêmes niveaux techniques. Ils sont formés grâce à un test d’entrée exigeant où ils apprennent à connaître le milieu montagnard et ses contraintes.

Patience et adaptabilité

Armand Hamel, directeur de l’ESF de Plagne Centre en Savoie, affirme que, pour être moniteur, il ne suffit pas de savoir skier. La patience, le sourire et l’adaptabilité à la montagne ainsi qu’aux élèves sont les qualités phares pour exercer ce métier.

Armand ajoute qu’il faut s’engager dans ce métier de travailleur indépendant et développer sa réactivité. Quant aux séances pédagogiques, chaque moniteur, selon le niveau des élèves, prépare son cours à l’avance et tout en essayant de corriger leurs problèmes techniques, essaye de leur donner l’envie de skier.