Mode durable : Zèta, la paire de baskets créée à partir de raisin

C’est en 2019 que Laure Babin créatrice de la marque Zèta a eu l’idée d’utiliser comme matière première le marc de raisin.

Podcast

Mode durable : Zèta, la paire de baskets créée à partir de raisin

1 - Mode durable : Zèta, la paire de baskets créée à partir de raisin

01:50

Les débuts de Zèta

2 - Les débuts de Zèta

04:12

La fibre entrepreneuriale

3 - La fibre entrepreneuriale

03:43

Laure Babin est la créatrice d’une marque de basket commercialisée depuis septembre 2020 après une campagne de financement participatif qui rencontré un succès. Elle a choisi le nom de Zèta « car c’est le nom d’un dérivé de la fonction zéro en math donc pour zéro déchet. J’ai récemment appris par une cliente que c’était aussi le nom d’un cépage en Hongrie. » Finalement un nom tout trouvé pour cette paire basket unisexe zéro déchet, végan et recyclé.

Sa particularité est qu’elle est fabriquée à partir du marc de raisin qui vient d’Italie. La bordelaise explique que « lors des vendanges le marc de raisin est récupéré par extraction du jus. C’est tout ce qui est peau, pépin et résidu. Le tout va être déshydraté mis dans des fours, pour devenir une matière sèche, réduite en poudre et intégrée à d'autres matières. L’ensemble va former une pâte en bande qui va servir à constituer la basket. Ça a le même aspect que le cuir animal, mais c’est tout de même un peu plus fragile » 

Quant au lieu de fabrication des chaussures, Laure Babin a opté pour le Portugal pour le savoir-faire et le prix, car elle souhaitait que ses produits restent accessibles : « 90% des matières premières viennent du Portugal. On travaille avec un atelier familial avec qui on a eu le feeling tout de suite. Puis on a choisi nos prestataires en fonction de la distance avec l’usine. Par exemple, le fournisseur de semelle en caoutchouc recyclé est à 10 km de l’atelier de fabrication. »

Au total pour fabriquer une paire de Zèta, la jeune entrepreneure déclare qu’il « il faut 3 kg de déchets revalorisés. Et elle estime que “l’émission carbone de ses baskets représentent moins de 60 % d’émission de CO2 par rapport à une paire de basket classique. »