Les sapeurs-pompiers de votre région vous forment aux premiers secours

En partenariat avec la Mutuelle Prévifrance, nous nous sommes intéressés à ce sujet qui nous concerne tous. Le président de l’Union départementale des sapeurs-pompiers de la Gironde nous détaille ces gestes qui sauvent.

Podcast

Protéger, alerter et secourir pour apporter les premiers secours

1 - Protéger, alerter et secourir pour apporter les premiers secours

01:52

Un sapeur-pompier détaille les gestes des premiers secours

2 - Un sapeur-pompier détaille les gestes des premiers secours

03:32

L’importance de se former aux gestes qui sauvent

3 - L’importance de se former aux gestes qui sauvent

03:41

Il est possible de sauver des vies grâce à des gestes simples de premiers secours. Il existe différentes structures agréées de sécurité civile qui dispensent des journées de formation PSC1 telles que la Croix-Rouge, l’Ordre de Malte ou encore les sapeurs-pompiers en s’adressant aux unions départementales.

Intégrer ces gestes permet d’être en mesure de prendre en charge des arrêts des cardiaques, des traumatismes, un malaise, des brûlures etc… Cela commence par l’apprentissage d’un triptyque : protéger, alerter et secourir. Le commandant David Brunner, président de l’Union départementale des sapeurs-pompiers de Gironde, détaille ces étapes :

Photo Jennifer Biabatantou/AirZen Radio

Protéger : « Il faut pouvoir intervenir en sécurité pour porter secours à la victime. Cela signifie éloigner les dangers qui peuvent survenir autour. Ensuite, s’assurer que la personne respire en regardant si le thorax se soulève. »

Alerter : « Il est essentiel de permettre aux secours d’intervenir. On compose le 112 (le numéro européen, NDLR), le 18 (les pompiers, NDLR) ou le 15 (le SAMU, NDLR). Une fois en ligne avec l’opérateur, il est important de communiquer des informations exactes : nom de la rue, de la ville, numéro d’appartement. Puis, Indiquer la détresse que la victime est en train de subir. »

Secourir : « Une fois que vous êtes en ligne avec l’opérateur, répondez à ses questions. Cela permet de déterminer la gravité et les secours à envoyer. Aussi, il pourra vous guider dans la réalisation des premiers secours à prodiguer. »

Différents cas de figures

Afin d’expliciter ces réflexes, le commandant Brunner donne des exemples de cas que l’on peut retrouver dans la vie courante et explique la procédure à suivre.

  • Détecter un accident vasculaire cérébrale (AVC) : ce qui est important, c’est le temps de la prise en charge. Il faut savoir identifier les symptômes : lorsqu’une personne nous paraît plus fatiguée que d’habitude, qu’elle présente une paralysie d’une partie du corps, que son visage se déforme. Il faut aussi faire attention à ce que la victime n’ait pas d’altération de ses fonctions vitales : sa respiration, sa conscience et son rythme cardiaque.
  • Si on est témoin d’un accident : il faut éviter d’aggraver les traumatismes en intervenant. Il faut avant tout s’assurer que la personne ne souffre pas de détresse vitale. Il faut la laisser en position dans laquelle on l’a trouvée si elle est consciente et pas en danger.  
  • En cas d’obstruction de voies aériennes, il faudra alors intervenir en pratiquant les gestes de premiers secours et mettre la personne en position latérale de sécurité pour éviter qu’elle s’étouffe.

« Ce qu’il faut retenir, c’est que ce sont les deux mains qui peuvent sauver une vie. Apprendre ces gestes, c’est aussi une forme de résilience parce que deux fois sur trois, on pratique ces gestes sur son entourage », souligne David Brunner. L’ambition des sapeurs-pompiers de France est que 80% de la population soit formés aux premiers secours.