Les Psys du cœur, à l’écoute des personnes en situation de précarité

Ils sont une centaine de bénévoles professionnels répartie dans sept antennes France prêts à apporter un soutien thérapeutique.

Podcast

Les Psys du cœur, à l’écoute des personnes en situation de précarité

1 - Les Psys du cœur, à l’écoute des personnes en situation de précarité

01:24

Les valeurs de l’association

2 - Les valeurs de l’association

03:57

L’association les Psys du cœur

3 - L’association les Psys du cœur

08:04

AirZen Radio a voulu en savoir plus sur cette association. Direction l'antenne de Grenoble gérée par Claire Profit psychologue et thérapeute. 

En 2009, des Gestalts Thérapeute ont créé les Psys du cœur avec cette volonté que les personnes qui n'ont pas accès à ce genre de service puissent consulter. La devise de cette association un soutien thérapeutique pour tous. Aujourd'hui, il existe sept antennes en France à Paris, Suresnes, Rennes, Valence, Lyon, Annecy et Grenoble. Au total, il y a une centaine de bénévoles, tous sont des professionnels. Parmi eux, il y a Claire Profit, psychologue et thérapeute, gère l'antenne. « Les personnes qui viennent consulter vont évoquer leur quotidien, leur façon de vivre dans l'ici et maintenant, plutôt que d'aller chercher dans leur histoire à quoi ça correspond. C'est une thérapie de l'instant. » 

Quant au profil des personnes qui franchissent le seuil de l'association : « Ce sont des gens qui souvent dans une forme de précarité. On ne reçoit que des adultes aussi bien des hommes que des femmes. Des migrants, des étudiants, des salariés. Tous types de profil.  Avec l'association, c'est vraiment un accompagnement dans le quotidien. C'est sans rendez-vous et c'est anonyme et sans critère d'acceptation »  

Pour la responsable de l'antenne grenobloise, cette association a toute son importance car : « Il y a beaucoup de gens qui n'osent pas aller en consultation. Alors le fait d'aller vers eux en proposant un endroit où ils sont accueillis et peuvent donner en fonction de ce qu'ils peuvent ça me semblait important. C'est un moment qui se veut chaleureux et agréable. »