Gaspillage alimentaire : les Jardins de Solène, une entreprise engagée

Partons à la découverte des Jardins de Solène, une entreprise luttant contre le gaspillage alimentaire et pour l'insertion des personnes en situation de handicap.

Podcast

Gaspillage alimentaire : les Jardins de Solène, une entreprise engagée

1 - Gaspillage alimentaire : les Jardins de Solène, une entreprise engagée

02:08

Les Jardins de Solène, légumerie engagée pour l’insertion professionnelle

2 - Les Jardins de Solène, légumerie engagée pour l’insertion professionnelle

04:05

Découverte des Jardins de Solène, une entreprise engagée

3 - Découverte des Jardins de Solène, une entreprise engagée

08:10

Solène Espitalié est ingénieure en agriculture. Elle a adapté ses convictions à l'entreprise qu'elle a créée, les Jardins de Solène, à Pernes-les-Fontaines dans le Vaucluse. Avec elle, Solène veut lutter contre le gaspillage alimentaire, favoriser une agriculture locale respectueuse de l’environnement ainsi que le circuit court. Des pratiques de consommation plus durables.

Les Jardins de Solène est une légumerie qui récupère les fruits et légumes déclassés des producteurs pour les valoriser. Des légumes considérés comme moches, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas la bonne forme, le bon calibre ou la couleur attendue. Une fois récupérés, ils sont lavés, épluchés et mis sous vide pour qu’ils soient prêts à cuisiner à destination des professionnels de la restauration commerciale et collective (hôpitaux, maisons de retraite. Basés à Pernes-les-Fontaines dans le département du Vaucluse, les Jardins de Solène mènent aussi une action d’insertion professionnelle en embauchant des personnes en situation de handicap pour préparer ces produits.

L’entreprise a été créée en 2017 par Solène à partir de l’association Solid’Agri qu’elle a fondée presque 10 ans plus tôt. Une création qui répond au déclic qu’elle a eu face au constat d'un important gaspillage de fruits et légumes frais. Une entreprise qui veut changer les choses et qui connaît déjà un beau succès. Les jardins de Solène ont ainsi valorisé en 2021 plus de 75 tonnes de fruits et légumes considérés comme moches. Ce qui représente environ 600 000 repas. Et l’objectif pour 2022 est d’atteindre les 200 tonnes.