Les Boîtes à vélo encouragent la cyclomobilité professionnelle

L’association forme et encourage les petits entrepreneurs, commerçants, artisans et professions libérales à adopter le vélo. Ceux qui ont passé le cap ne souhaitent revenir en arrière pour rien au monde.

Podcast

Les Boîtes à vélo : participer aux transitions

1 - Les Boîtes à vélo : participer aux transitions

02:04

Les Boîtes à vélo : mettre le pied à la pédale

2 - Les Boîtes à vélo : mettre le pied à la pédale

04:07

Les Boîtes à vélo : une affaire qui roule

3 - Les Boîtes à vélo : une affaire qui roule

08:06

Se déplacer à vélo, en ville comme en milieu rural, apporte de la liberté, du bien-être, des économies de carburant et de stationnement. Des économies de temps, aussi, en évitant les embouteillages.

A N N O N C E

Les adeptes ne tarissent pas d’éloges sur les déplacements à vélo et ceux qui sautent le pas mettraient rapidement de côté leurs inquiétudes, selon Wiame Benyachou, co-fondatrice des Boîtes à vélo France et Nouvelle-Aquitaine. C’est à cela que servent les formations gratuites de l’association : à encourager et faire sauter les freins.

Une demi-journée

Ma Cyclo entreprise, le nom de cette formation, accompagne les professionnels à travers la France. Coiffeurs, esthéticiens, plombiers, transporteurs, même médecins, infirmiers, pompes funèbres… Tout est permis. Aujourd’hui, on peut transporter jusqu’à 400 kilos à vélo, de quoi oublier la camionnette pour de bon. Avec l’innovation technologique permanente, la cyclomobilité est toujours en mouvement.

Monter sa boîte à vélo permet de participer à la transition écologique et de tisser des liens sociaux plus forts avec ses clients, pour Wiame Benyachou. C’est aussi créer de l’emploi local et non délocalisable. Un essor qui participe également à faire évoluer les infrastructures, en concertation avec les pouvoirs publics.